Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Félix B. Desfossés animateur de Région zéro 8
Audio fil du mercredi 23 mai 2018

Chronique politique d'Alec Castonguay : des luttes serrées à prévoir dans la région

Publié le

François Legault, Jean-François Lisée et Philippe Couillard
François Legault, Jean-François Lisée et Philippe Couillard   Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Grâce au site web Québec 125, fondé par Philippe Fournier, on a maintenant une bonne idée de ce qui se dessine en vue des élections provinciales du 1er octobre.

Le site fait la moyenne de tous les sondages réalisés à propos de la campagne électorale et, grâce à un algorithme, peut prédire à quoi ressemblera la lutte dans une région ou une ville précise.

Ce qu’il a développé comme modèle nous permet d’aller assez précisément pour être capables de transposer les sondages en nombre de sièges et c’est ce qui est intéressant, parce qu’on est à trois mois des élections qui vont partir le 25 août prochain.

Alec Castonguay

Selon le dernier recensement de Québec 125, on constate que les 33 % que la CAQ reçoit en moyenne dans les sondages sont équivalents à 63 sièges. « C’est exactement la majorité requise au Québec, souligne Alec Castonguay. Ça veut donc dire qu’il y a de bonnes chances aussi que ça soit un gouvernement minoritaire. »

D’ailleurs, la moitié des simulations réalisées par Philippe Fournier prédisent un gouvernement minoritaire, soit caquiste, soit libéral.

Même si la CAQ est en avance, ça ne veut pas dire que le gouvernement minoritaire est dans la poche pour François Legault.

Alec Castonguay

Et dans la région?

Lorsqu’on se concentre sur les intentions de vote sondées en Abitibi-Témiscamingue, on constate que les luttes sont très serrées.

« C’est parmi les luttes les plus serrées au Québec actuellement si on se fie aux sondages transposés localement avec l’historique des élections, avec le type de démographie qu’on a dans ces comtés-là », affirme Alec Castonguay.

Dans Abitibi-Ouest, le PQ serait en avance avec 33 %, alors que la CAQ obtiendrait 32 % des votes si les élections avaient lieu aujourd’hui. Le Parti libéral suit à 22 % et Québec Solidaire à 10 %. « C’est un comté de péquistes actuellement, le PQ est encore donné favori, mais de très peu sur la CAQ », fait remarquer le chroniqueur.

Les intentions de vote dans Abitibi-Ouest en date du 23 mai 2018.
Les intentions de vote dans Abitibi-Ouest en date du 23 mai 2018.   Photo : Québec 125

Dans Abitibi-Est, qui est actuellement sous l’égide libérale, il y a une égalité quasi-parfaite entre le Parti libéral et la CAQ, à 30 % des intentions de vote. Le PQ obtient 26 % et Québec Solidaire 10 %. « Là aussi, une lutte extrêmement serrée », note Alec Castonguay.

Les intentions de vote dans Abitibi-Est en date du 23 mai 2018.
Les intentions de vote dans Abitibi-Est en date du 23 mai 2018.   Photo : Québec 125

Finalement, dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, qui appartient également aux Libéraux à l’heure actuelle, la CAQ mène les intentions de vote avec 31 %, suivie du PQ à 29 % et des Libéraux à 22 %. Québec Solidaire y obtient son meilleur résultat dans la région, avec 14 %. « Rouyn-Noranda est un comté plutôt favorable à Québec Solidaire, à leur échelle, depuis quelques années », rappelle-t-il.

Les intentions de vote dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue en date du 23 mai 2018.
Les intentions de vote dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue en date du 23 mai 2018.   Photo : Québec 125

À trois mois du début officiel de la campagne, il est alors impossible de prédire qui remportera les élections le 1er octobre prochain.

Chargement en cours