•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique Bière avec Jean-François Gibson : les NEIPA

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Chronique Bière avec Jean-François Gibson : les NEIPA

Rattrapage du vendredi 26 juin 2020
Trois canettes de bière empilées en pyramide.

La Mafia Gibb, la Catnip et l'IPA du Nord-Est sont trois NEIPA très populaires.

Photo : Jean-François Gibson

Les bières NEIPA sont de plus en plus populaires et devraient représenter une grosse partie des ventes pour les commerces spécialisés comme le dépanneur Chez Gibb de Rouyn-Noranda cet été.

La New England Indian Pale Ale, ou NEIPA, a le vent dans les voiles. Les IPA sont le style le plus populaire dans l'univers de la bière de microbrasserie, rappelle notre chroniqueur bière, Jean-François Gibson, copropriétaire des dépanneurs Chez Gibb d'Évain et Chez Gibb Centre-Ville.

Aux États-Unis, ils appellent ça craft beer, ce sont des bières artisanales. Les IPA sont plus houblonnées, donc le houblon amène plus d'amertume à la bière, sauf qu'il y a une autre technique d'utilisation du houblon qui peut amener un côté plus aromatique qu'un côté amer, on appelle ça le dry hopping, c'est un houblon qu'on met à la fin, houblonage à cru en français, mais c'est un houblonnage qu'on fait à la fin du processus pour avoir les arômes, les saveurs, explique Jean-François Gibson.

C'est ce qui explique que la NEIPA n'est pas aussi amère que les autres types de IPA, mais plutôt aromatique. Ce qui est vraiment intéressant là-dedans, c'est qu'on peut aller chercher une clientèle un peu plus large, la clientèle qui n'aimait pas les IPA à cause du goût amer va aimer les NEIPA, parce qu'on est moins dans l'amertume, ajoute-t-il.

Les puristes ont embarqué à fond la caisse là-dedans.

Jean-François Gibson

Même les puristes de la IPA suivent le mouvement. Les puristes ont développé leur palais, leurs goûts, et se sont rendu compte que oui, l'amertume c'est le fun, ça rend la bière différente, mais ce qui est vraiment plus agréable, c'est le dry hopping, donc les IPA avaient cette technique-là aussi, mais étaient quand même beaucoup plus amères, témoigne-t-il.

Les houblons américains utilisés pour brasser ce type de bières ont des arômes très explosifs de fruits tropicaux, comme le fruit de la passion, l'ananas ou les agrumes. Tu débouches ta bière ou ta cannette et tu le sens, c'est vraiment présent et c'est vraiment ça qui est en avant-plan, précise Jean-François Gibson.

La tendance s'explique entre autres par le fait que la NEIPA est apparue il y a environ cinq ans. Les consommateurs ont maintenant appris à la découvrir et l'apprécier. Dans mes deux boutiques, dans le top 10, il y a à peu près 9 New England IPA. C'est vraiment une tendance lourde, une tendance forte qui est là pour rester, je pense, image le spécialiste.

Les trois recommandations de Jean-François :

  • IPA du Nord-Est de Boréale
  • Mafia Gibb du Trèfle Noir
  • Catnip de Noctem

Pour écouter la chronique complète, cliquez sur l'audiofil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi