•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique <em>Quand Pensez-Vous?&nbsp;</em>: la parentalité à l'ère du coronavirus

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Chronique Quand Pensez-Vous? : la parentalité à l'ère du coronavirus

Rattrapage du jeudi 19 mars 2020
Une photo officielle des trois animateurs de Quand pensez-vous?

Francis Murphy, Geneviève Béland et Paul-Antoine Martel du podcast Quand pensez-vous?

Photo : Marie-Claude Robert

Geneviève Béland, du balado Quand pensez-vous? réalisé à Val-d'Or, proposait une réflexion sur le rôle des parents en cette période de confinement. Voici son texte éditorial.

La parentalité à l'ère du Coronavirus

Pour certains parents, la période actuelle est une opportunité inespérée de vivre l’expérience de l’école à la maison avec leur progéniture. C’est un privilège pour eux de partager des notions de sciences et de mathématiques en cuisinant des muffins à base de purée de dattes. Ça leur fera une belle collation après leur période de plein air soigneusement inscrite dans leur horaire journalier.

En plus grand nombre, y’a ceux qui se sentent complexés par rapport à cette première catégorie de parents. Dans certains cas, c’est qu’il n’y a absolument aucune trace de talent dans leur ADN pour l’enseignement préscolaire. Ils n’ont aucune fichue idée de comment on explique à un enfant à tenir une paire de ciseaux. En fait, ils n’ont pas de ciseaux à la maison. Ils sentent qu’ils n’auraient pas la patience.

Y’a ces autres parents qui feelent cheap de ne pas stimuler adéquatement leurs enfants parce qu’ils doivent séparer leur attention et la patience (qu’ils n’ont pas) entre leurs obligations professionnelles et les familiales. D’ailleurs, lorsque je repense à mes expériences de télé-travail avec enfants en bas âge, le mot qui me vient à l’esprit est : « schizophrénie ». Les parents de cette troisième catégorie savent que malheureusement, c’est généralement dans les périodes sans écran que la marde pogne!

Personnellement, je suis un peu de tous ces parents-là, ce qui fait que j’ai eu de la difficulté à déterminer la posture que je souhaitais adopter par rapport à la suspension des classes. Au début (y’a 5 jours!), j’ai abordé ça comme un congé de tempête de neige; je me suis dit que c’était une belle occasion pour les petits de relaxer et de toute façon, la priorité c’était de monter notre kit de base de survivalistes.

Puis après avoir acheté en masse de riz, la vie a ralenti; toutes les activités extérieures se sont annulées les unes après les autres et en une fin de semaine, le ménage de tous les garde-robes de la maison était fait. On fait quoi « asteur »? Quel étrange sentiment de passer du jour au lendemain à une vie réglée au quart de tour à celle où on a même le temps de s’ennuyer.

C’est confrontant de se rendre compte qu’avoir beaucoup de temps libre en famille à la maison nous déstabilise autant. En observant ce qui se passe actuellement de l’autre côté de l’océan, on peut penser qu’on en a encore pour un petit bout. Je me suis dit aujourd’hui que j’allais changer de mindset : on n’est pas en relâche, on est dans un nouveau mode de vie qu’on doit réinventer.

De mon côté, j’ai finalement choisi d’opter pour une structure à horaire déterminé pour les petits. Honnêtement, quand j’ai vu le premier modèle de planification de journée passer sur Facebook, je trouvais que ça faisait un peu bobo… Puis, finalement, après avoir cédé à l’idée, je me suis vite rendu compte que ça sécurisait les enfants et les parents, encore plus! Le méchant-loup Youtube ne viendrait pas leur bouffer le cerveau quand on aura le dos tourné…

Je pense que ça vaut la peine de définir une structure qui nous ressemble et qui nous rendra heureux. Si jouer à la cachette plus que trois shots vous rend impatient, faites autre chose! Développez une façon de partager vos passions avec vos petits ou comme dirait la nouvelle rockstar du Québec, Dr. Arruda : « essayez de transformer ce moment en quelque chose de positif! » Au mieux, on aura collectivement rempli la jarre à respect pour les éducateurs jusqu’à la fin des temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi