•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique histoire avec Sébastien Tessier  :  Les premiers résidents de Rouyn

Région zéro 8

Avec Félix B. Desfossés

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Chronique histoire avec Sébastien Tessier  :  Les premiers résidents de Rouyn

Rattrapage du lundi 18 novembre 2019
Arrivée de marchandises par voie navigable dans les débuts de Rouyn-Noranda.

Arrivée de marchandises par voie navigable dans les débuts de Rouyn-Noranda.

Photo : BAnQ - Rouyn-Noranda

Dans le cadre de sa chronique dédiée à l'Histoire, l'archiviste de Bibliothèques et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Rouyn-Noranda, Sébastien Tessier, s'intéresse cette semaine aux premiers habitants de Rouyn-Noranda.

Léon Dumulon, Bert McDonald, Albert Desrochers? Difficile de déterminer avec certitude qui a été le premier à s'établir, lance d'emblée l'historien.

Ce qui m'intéresse, c'est de savoir qui a été le premier résident de Rouyn?, s'interroge M. Tessier. Mon hypothèse de départ est que c'est M. Bert McDonald. C'est un monsieur de Porcupine. Je n'ai pas trouvé la raison de sa venue, était-il prospecteur? Je n'ai pas trouvé de sources qui me le disaient. Tout ce que je sais, c'est qu'il s'est construit une maison sur une île du lac Osisko et qu'il tenait une maison ouverte, donc les gens pouvaient aller dormir là.

Une photo d'archives d'une maison en bois rond sur un lac au début du 20e siècle.

La maison de Bert McDonald sur une île du lac Osisko

Photo : BAnQ - Rouyn-Noranda

Prospecteurs et autres précurseurs peuvent donc y installer leurs quartiers, troquant ainsi le froid de la tente pour un minimum de confort.

D'autres témoignages, dont celui du pionnier Vital Goulet, brouillent cependant les cartes. Un cuisinier du nom d'Arthur Desrochers aurait installé ses pénates au « landing » du lac Rouyn, premier point d'arrivée à Rouyn par les voies navigables. Et ce, même avant l'arrivée des Dumulon, famille de pionniers bien connue à Rouyn-Noranda.

BAnQ Rouyn-Noranda dispose aussi d'archives de Léon Dumulon attestant que lors de son arrivée à Rouyn au printemps 1923, à l'âge de 17 ans et en provenance de Ville-Marie, « il n'y avait rien ». Seul un ancien campement d'Edmund Horne laisse présager le passage de prospecteurs dans le secteur, fait valoir M. Dumulon dans le cadre d'un témoignage conservé aux archives.

L'entreprise de la famille Dumulon, qui espérant faire de bonnes affaires en approvisionnant les prospecteurs attirés par la rumeur d'un boom minier à venir, se heurte cependant à un mur : en véritables survivalistes, ces hommes ont déjà tout l'équipement et la nourriture indispensables à assurer leur survie.

Des bâtiments en bois rond aux débuts de Rouyn-Noranda, en hiver.

Le magasin général Dumulon

Photo : BAnQ - Rouyn-Noranda

Mais les Dumulon persistent. Alors que la rumeur de découverte géologique importante prend de l'ampleur, Léon passera l'hiver sur la pointe du lac Osisko. Objectif : défricher les alentours pour pouvoir construire dès le printemps un campement qui deviendra magasin général. C'est vraiment le premier commerce de la région. Dans son témoignage sur le déménagement du lac Rouyn au lac Osisko, [Léon Dumulon] raconte avoir découvert la maison de Bert McDonald.

Ce qui laisse planer le mystère quant au véritable premier habitant permanent de Rouyn-Noranda.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi