Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Janique Leblanc, Regard 9
Audio fil du vendredi 8 mars 2019

Le féminisme en Acadie hier et aujourd’hui

Publié le

Les deux femmes sont assises au micro dans les studios de Radio-Canada Acadie.
Les féministes Huberte Gautreau et Madeleine Arseneau font le point sur la lutte pour l'égalité des genres en Acadie.   Photo : Radio-Canada / Louis Mills

En cette journée internationale des femmes, deux féministes de deux générations différentes partagent leur vision de la lutte pour l'égalité des sexes.

L’émission Regard 9 accueille en entrevue ci-dessus une féministe de la première heure, Huberte Gautreau, et une de la relève, Madeleine Arseneau, qui a travaillé pendant plusieurs années au Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Je n’aime pas les titres, les étiquettes. Je suis pour le droit des femmes. Je suis pour le droit tout court. Et bien sûr, le groupe le plus discriminé au monde, ce sont les femmes. Alors, je milite pour les femmes depuis très longtemps. Je m’en suis rendu compte assez tard dans ma vie parce que dans ma famille, je n’ai pas senti qu’il y avait de discrimination entre les garçons et les filles. On avait des tâches respectives, mais si l’un manquait c’était l’autre qui le faisait. C’est en voyant, c’est sur le terrain, ce n’est pas par théorie que j’ai appris le féminisme. Je l’ai appris sur le terrain en voyant toute la discrimination à l’égard des femmes, explique Huberte Gautreau.

Pour moi, être féministe, et je n’ai pas peur de m’attribuer ce titre-là, c’est très simple. C’est vraiment l’égalité, l’équité, entre les genres, point. C’est simplement ça. L’objectif derrière le mouvement féministe, c’est que tout le monde finalement réussisse à avoir les mêmes opportunités, les mêmes chances. C’est certain que le mouvement féministe a d’abord un impact sur les femmes, mais je pense aussi que toute la société gagne à être féministe et à s’afficher comme féministe. [...] En ce moment, on en parle beaucoup, c’est de plus en plus popularisé ou dans la culture populaire. Il faut que tout le monde s’associe à ce mouvement pour faire une différence finalement, affirme pour sa part Madeleine Arseneau.

Au cours de l’entrevue, elles abordent entre autres l’évolution du féminisme, l’enjeu de la violence infligée aux femmes, la lutte pour l’équité salariale entre les sexes, les progrès réalisés par les femmes.

Chargement en cours