•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Récit

Avec Serge Bouchard

Le dimanche de 19 h à 20 h
(en rediffusion le lundi à 2 h)

Les histoires des migrations humaines

Audio fil du dimanche 14 juillet 2019
Un homme préhistorique marche dans une montagne.

Un homme préhistorique

Photo : iStock

Au cours de l'histoire, l'être humain s'est servi de ses deux jambes pour marcher. Il a marché en direction de l'horizon, partout, toujours à la recherche de terres promises. Ces nouveaux horizons ont ainsi favorisé la rencontre avec l'autre, le mélange des gènes et des genres. « Le sang mêlé est le sang le plus riche », affirme Serge Bouchard.

Aujourd’hui, la migration continue, les mélanges se poursuivent. Nous sommes tous et toutes des métis, même si chacun porte toujours l’étendard de son identité, de sa culture et de son itinéraire, déclare l’animateur.

Apparu en Afrique il y a 300 000 ans dans un monde qui lui était hostile, le vulnérable Homo sapiens a renversé cette condition grâce à son cerveau. Le langage, la culture, le savoir et l’intelligence lui ont permis de devenir « le prédateur suprême ».

Homo sapiens s’est multiplié avec six autres espèces d’Homo, dont l'homme de Néandertal et Homo erectus. Il a ensuite quitté l’Afrique pour le Moyen-Orient, ensuite l’Europe et l’Asie, et enfin, les Amériques. Après 50 000 ans de migrations continues, Sapiens a fait le tour du monde. « La terre est un immense territoire de chasse, et des groupes commencent à s’identifier à leur pays de chasse, développent lentement le sens de la lignée et des appartenances », décrit Serge Bouchard qui ajoute que Sapiens était polyglotte. « La condition normale de l’être humain, c’est d’être polyglotte ». À chaque rencontre d’étrangers, il apprenait de la diversité.

L’être humain est une créature d’échanges, qu’ils soient culturels, symboliques, techniques. […] L’échange est à l’origine des marchés, du commerce et de l’écriture.

Serge Bouchard

Aujourd’hui, nous sommes 8 milliards d’êtres humains sur terre, et demain, nous serons 10 milliards. Des milliards d’humains sont mobiles, se déplacent, vont chez l’un et l’autre.

« La condition humaine normale est de vivre à la rencontre des cultures. Il ne faut jamais vraiment craindre l’autre. On est toujours plus riche quand on connaît plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs personnes. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi