Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Vigneault
Audio fil du mercredi 3 mai 2017

Briser la spirale de l’endettement

Publié le

Le taux d’endettement des Canadiens est à plus de 165 % de nos revenus bruts.
Le taux d’endettement des Canadiens est à plus de 165 % de nos revenus bruts.   Photo : iStock

Les Québécois sont de plus en plus endettés, c'est pourquoi la ministre de la Justice Stéphanie Vallée a déposé le projet de loi 134, mardi, pour amenuiser les conséquences chez les plus vulnérables.

Québec souhaite, entre autres, éduquer les commerçants à mieux prendre en compte la capacité de rembourser des consommateurs avant d'accorder du crédit.

Les offres de crédit se multiplient d’où l’importance d’avoir un meilleur encadrement, selon l’associé et syndic en redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot Grant Thornton, Stéphane Gauvin.

Il salue l’initiative tout en demeurant prudent.

« Dans la tête de bien des gens, c’est correct de payer le solde minimum dû », expose M. Gauvin.

« Depuis quelques années, il y a une obligation d’avoir le délai que ça va prendre si on paye seulement le solde minimum. Parfois, c’est assez long comme délai. Il faut faire attention lorsqu’on fait un achat pour être en mesure de le rembourser dans les semaines ou les mois qui suivent », insiste Stéphane Gauvin.

Actuellement, les paiements minimums sont de l’ordre de 2 à 3 %. Le projet de loi, par exemple, pourrait faire augmenter ce remboursement minimum à 5 % par mois.

Selon M. Gauvin, il faut que le consommateur revienne à la base, notamment en élaborant un budget et en le respectant.

Chargement en cours