•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première heure

Première heure

Avec Claude Bernatchez

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du mardi 29 septembre 2020

Rattrapage

  • Déception chez les tenanciers de bar et les restaurateurs : le gouvernement Legault a annoncé qu'ils devraient fermer leur établissement après le passage en zone rouge. Ce sont donc des milliers de restaurants qui devront à nouveau se tourner vers la livraison et les repas à emporter. Les bars et brasseries, eux, devront faire face à une fermeture complète. Réaction de Pascaline Gouin, propriétaire du restaurant Le Voisin, dans St-Roch.

  • Le passage en zone rouge est le niveau d'alerte le plus élevé. Qu'implique ce passage dans le quotidien, quelles sont les restrictions? Le point avec Dr André Dontigny, directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale.

  • Le passage en zone rouge est un coup dur pour les artisans du milieu culturel. La fermeture des salles de spectacles, bibliothèques, théâtres, cinémas, et musées dans les zones rouges pour les 28 prochains jours sème l'inquiétude. Réactions de Robin Plamondon, directeur général du cinéma le Clap, et Stéphan La Roche, président-directeur général du Musée de la civilisation à Québec.

  • C'est le 9 octobre prochain que nous connaîtrons le prochain chef du Parti québécois. Première Heure vous propose une entrevue avec chacun des candidats pour discuter de leurs idées et de leurs projets. Voici l'entretien avec Guy Nantel.

  • L'annonce du passage en zone rouge a eu l'effet d'une avalanche : les questions sont nombreuses et les répercussions également. Salons de coiffure, commerces et dentistes restent ouverts. À l'inverse, salles de spectacles, cinémas, théâtres, restaurants et bars devront fermer. Pourquoi une telle décision alors que la deuxième vague était arrivée au Québec depuis plusieurs jours déjà? Pourquoi certains secteurs sont-ils ciblés alors que d'autres peuvent continuer leurs activités? Le point avec Louis Demers, professeur titulaire à l'École nationale d'administration publique, l'ENAP.

Vous aimerez aussi