•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première heure

Première heure

Avec Claude Bernatchez

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du mardi 28 avril 2020

Rattrapage

  • Six semaines après avoir été mis « sur pause » par François Legault, le Québec se prépare au déconfinement. Alors que le gouvernement commence à annoncer partiellement des éléments pour la réouverture de certains secteurs de l'économie, des spécialistes de la modélisation mathématique travaillent sur des projections liées à l'évolution de la pandémie. Parmi ces chercheurs, Marc Brisson, directeur du Groupe de recherche en modélisation mathématique et en économie de la santé liée aux maladies infectieuses de l'Université Laval.

  • Les enfants du primaire pourront retourner à l'école dès le 11 mai, si leurs parents décident de les y envoyer. Le retour se veut progressif et concerne les zones froides, soit l'extérieur de Montréal. Les classes seront réduites et la distanciation sociale de deux mètres devra être respectée, dans la limite du possible. Les explications de Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation du Québec.

  • Comment le retour en classe se prépare-t-il dans les commissions scolaires, qui devront faire leur propre plan de réintégration? Il faut résoudre le casse-tête des ressources humaines, car plusieurs enseignants ne pourront pas réintégrer leur classe pour des raisons de santé. Le point avec Normand Lessard, directeur général de la Commission scolaire Beauce-Etchemins.

  • Le corps médical étudie un nouveau symptôme qui semble résulter de l'infection à la COVID-19. L'acteur canadien Nick Cordero, atteint du coronavirus, a perdu sa jambe droite en raison d'un caillot indélogeable qui bloquait la circulation sanguine. Les explications du Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM).

  • Le déconfinement partiel débute dans les écoles primaires tandis que les établissements de niveau secondaire resteront fermés jusqu'en septembre, une situation qui complique le défi de la persévérance scolaire. Lutter contre le décrochage dans ce contexte n'est pas simple explique Mario Côté, directeur général du Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale.

Vous aimerez aussi