•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première heure

Première heure

Avec Claude Bernatchez

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Rattrapage du jeudi 23 janvier 2020

Rattrapage

  • Émile Loranger a mentionné hier au conseil d'agglomération que, selon toutes les probabilités, il ne se représenterait pas aux prochaines élections municipales. Mais, le dossier des quotes-parts pourrait le pousser à vouloir rester sur la scène municipale. Pour en savoir un peu plus, nous le joignons.

  • Clin d'œil parlementaire avec Sébastien Bovet, chef de bureau à l'Assemblée nationale pour Radio-Canada

  • La ministre du Tourisme Caroline Proulx doit annoncer aujourd'hui des mesures pour mieux encadrer l'industrie de l'écotourisme. Une annonce qui survient alors que les recherches se poursuivent pour retrouver les motoneigistes disparus à Saint-Henri-de-Taillon au Lac-Saint-Jean. Entrevue avec Mathieu Bergeron, coordonnateur du programme de technique de tourisme au Cégep de Saint-Félicien, et membre du conseil d'administration d'Aventure Écotourisme Québec.

  • À Pékin, les autorités viennent d'annoncer l'annulation des festivités du nouvel An, alors qu'on désire freiner la propagation du coronavirus apparu à Wuhan, dans le centre le pays, ville de 11 millions d'habitants maintenant en quarantaine. Pour faire le point sur la situation en Chine, nous joignons Charles Pellegrin, correspondant de France 24 à Pékin.

  • La Ville tenait hier soir une rencontre d'information pour les commerçants du secteur de la route de l'Église pour les informer sur le programme de compensation et ses modalités. Rappelons que plusieurs commerçants de la Route de l'Église qui ont subi les conséquences des travaux majeurs effectués dans le secteur avaient dénoncé les critères d'admissibilité trop sévères du programme d'indemnisation mis sur pied par la Ville de Québec. Entrevue avec Bertrand de l'Épinay, directeur général du restaurant Portofino.

  • Un juge ontarien a ordonné hier à Volkswagen de verser 196,5 millions au gouvernement canadien pour avoir falsifié les émissions polluantes de ses véhicules. Une amende dite record dans la répression des crimes environnementaux. Volkswagen avait reconnu en 2015 avoir équipé plus de 11 millions de voitures d'un logiciel qui faisait paraître ces dernières moins polluantes. Entrevue avec Yann Cimon, professeur de stratégie à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval.

Vous aimerez aussi