•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour mieux respirer

Avec Nicolas Ouellet

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Gregory Charles : répondre au racisme par la compassion

Gregory Charles et sa fille Julia.

Dans une vidéo publiée sur Facebook, Gregory Charles et sa fille Julia ont remercié les internautes pour leur vague d'amour.

Photo : Facebook/Gregory Charles

« Ce que j'ai appris de mon père, c'est que la façon de gagner, c'est en étant meilleur que l'autre. Ce n'est pas en ayant raison, c'est en étant meilleur, même si tu peux avoir raison », pense Gregory Charles. Après le meurtre de George Floyd par un policier à Minneapolis, l'artiste a cherché une façon d'expliquer l'ampleur des événements qui en ont découlé à sa fille de 8 ans. S'en est suivie une publication sur Facebook, dans laquelle il explique comment son père, Lennox, a répondu au racisme dont il a été victime par des gestes d'amour.

La publication, rapidement devenue virale, raconte que le père de Gregory Charles, au début des années 70, s’est fait refuser un appartement par un homme en raison de la couleur de sa peau. Une quinzaine d’années plus tard, ce même homme se fracture la jambe, et se retrouve à se faire soigner par Lennox, qui travaille alors en orthopédie à l’Hôpital général juif de Montréal. Lennox a choisi de s’en occuper avec grand soin, en dépit du geste raciste dont il avait été victime.

Aux gens qui trouvent cette façon de penser trop « molasse ou gentille », Gregory Charles répond que la miséricorde, ce principe de pardonner, est plus forte que la radicalité. « Les changements sociaux qui sont nécessaires nécessitent, oui, du courage et de la vision, mais ils nécessitent énormément de retenue », explique-t-il.

Bien que l’artiste reconnaisse que le racisme est toujours présent dans notre société, il garde espoir pour l’avenir de sa fille.

Je pense que le monde dans lequel ma fille va vivre, si l'on pose les bons gestes maintenant, va être meilleur. Comme le mien était meilleur que celui de mon père, et comme celui de mon père était meilleur que celui de mon grand-père…

Gregory Charles

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi