•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Point du jour

Avec Elsie Miclisse

En semaine de 6 h à 9 h

Une conférence pour aider les parents à gérer une rentrée anxiogène

Rattrapage du mercredi 2 septembre 2020
Un enfants se tient la tête entre les mains et a les yeux fermés

La santé mentale des enfants

Photo : iStock

Le Conseil des écoles fransaskoises présente une conférence intitulée « Être parent en contexte de pandémie : défis psychosociaux et éducatifs à relever et conseils » aujourd'hui le 2 septembre à 19h. Garine Papazian-Zohrabian, psychologue et professeure au Département de Psychopédagogie et d'Andragogie de la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, y présentera les conséquences tant positives que négatives de la pandémie. Elle compte aussi partager des stratégies pour favoriser la résilience et l'adaptation chez les jeunes.

Elle affirme que la pandémie ébranle la santé mentale des jeunes. La situation que nous vivons a des conséquences sur l'adaptation des jeunes à cette nouvelle réalité, sur l'apprentissage, et la santé mentale.

Cependant, elle ne croit pas que l’impact à long terme sera nécessairement négatif pour tous.

Je ne pense pas qu’il faille être pessimiste, tous les enfants ne sont pas dans la même réalité.

Elle fait remarquer que ça dépend plusieurs facteurs.

Les jeunes avec des difficultés sociales ont peut-être vu leur difficulté renforcée par l'isolement.

La psychologue note que le défi reste la socialisation.

Il est important de redévelopper des habiletés sociales, il ne faut pas mettre tout l’accent sur les apprentissages.

Elle conseille aux parents de garder le lien avec leur enfant et de prendre le temps de parler et d'écouter.

Il faut nourrir la relation avec les enfants, ça se fait d’abord au travers de l’écoute.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi