Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 27 octobre 2017

Jean-Paul Daoust dérive sur Les îles de la ponctuation

Publié le

Gros plan sur le poète, bague au doigt et broche au veston
Avec toute la classe qu'on lui connaît, Jean-Paul Daoust présente Ode ponctuation 2   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Notre poète en résidence invétéré, Jean-Paul Daoust, explore avec la curiosité qu'on lui connaît les ponctuations qui forment les phrases. Il nous lit un extrait de son dernier ouvrage, Les îles de la ponctuation, paru aux Éditions D'art le Sabord, une véritable ode aux virgules, et aux points d'exclamation et d'interrogation.

« Qu’avez-vous fait ce matin?
J’ai mis une virgule.
Et cet après-midi?
Je l’ai enlevée. »- Truman Capote

Ode ponctuation 2

Dans un texte en prose subitement
Un poète est saisi par le poème de la ponctuation
Il revient aux mots qu’il était en train d’écrire
Et qu’il avait abandonnés pour lire un roman
Terrassé il regarde contemplatif
La beauté de la virtuosité mise en place
Assommé par cette découverte
Il ne voit plus la virgule ou le point de la même manière
Comme un peintre qui viendrait de découvrir
Une nouvelle couleur
Un amoureux un nouveau sentiment
Un saint une extase
Un architecte une structure unique
Un parfumeur une odeur
Un musicien une mélodie à la géométrie renversante
Les signes de ponctuation deviennent
Une nuée d’oiseaux exotiques
Une fresque comme seul l’automne en est capable
Sous un soleil froid
Des visions l’enivrent
Et si la ponctuation était d’une lucidité terrifiante?
Et si ELLE était le cœur de la phrase?
Alors à ses risques et périls il plonge
Jouissif à l’idée de mettre ici une virgule
Ou qu’ici un magnifique point d’exclamation surgira!
Il soupire comme un nuage dans le ciel
Il aimerait saisir ces signes
Les voir se débattre au creux de sa main
S’en mettre sur tout le corps
Dans la figure
Les avaler même!
Les sentir glisser entre ses organes
Emportés par le sang
Son cerveau s’allume
Il devine ses paupières mettre entre parenthèses
Ses yeux hallucinés
Puis des mots de Victor Hugo lui sautent au visage
La vie…sorte de parenthèse énigmatique
Entre la naissance et l’agonie
Devant ces signes familiers
Qui lui sont devenus tout à coup méconnaissables
Il médite
Le doute s’installe
Que deviendrait le monde sans ponctuation?
Un fabuleux poème à décoder?
Un chaos insupportable?
Le poète ne sait plus où donner de la tête
Furieux, il ferme l’ordinateur
Son cerveau résiste
Comme il voudrait très Marguerite Duras
Laisser la ponctuation aller à sa perte
Mais il sait que ce désir est un souhait creux
Une illusion forcée
Il s’oblige à reprendre le poème
Qui l’attend avec arrogance voire méchanceté
Comment maintenant pouvoir dompter la furie
De tous ces signes dont il n’avait pas soupçonné
Jusque-là toute l’importance?
En faisant semblant de rien?
Impossible
Sur la pointe des doigts, il entre dans le texte
Guettant la moindre défaillance
Où il pourrait se faire attaquer et mordre
Par un point d’interrogation par exemple
Ou se faire sucer le sang par une virgule
Sangsue rendue folle de rage
Il en met une
ELLE ne bouge pas
ELLE reste bien sagement là
À sa place
Tout comme l’accent grave et l’accent circonflexe
Et l’autre virgule qui lévite
En l’apostrophant gentiment
Calmé il reprend le poème
Maintenant ce sont les mots qui lui font peur

Les îles de la ponctuation, Jean-Paul Daoust avec les illustrations de Louise Prescott, Éditions d'Art le Sabord, octobre 2017

Chargement en cours