Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 18 octobre 2018

Une heure avec Éric Dupont : l'importance du devoir de mémoire

Publié le

Il sourit au micro.
L'écrivain Éric Dupont   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Mon père m'a légué un héritage culturel important. Il n'était pas snob, mais quasiment », dit Éric Dupont, qui mesure l'importance du legs familial. Pendant une heure, l'auteur se livre complètement : il parle de son désir ardent, lorsqu'il était enfant, de s'évader de son Amqui natale, de sa découverte des grands opéras en Autriche, de son expérience déterminante comme professeur dans une école secondaire, de son amour pour le Brésil, etc.

Éric Dupont est né en Gaspésie le 16 juin 1970. Il en garde des souvenirs mitigés où se mêlent une envie d’évasion et une fascination pour la région. Plus jeune, une dispute d’une violence inouïe entre son père et sa mère le marque à jamais. « La violence que l’on fait aux femmes, de toutes les manières, fait partie de mes plus anciens souvenirs », dit-il. Cet événement lui donne le réflexe plus tard de défendre la cause des femmes et d’en faire un thème majeur qui traverse sa bibliographie.

Il faut changer l’éducation des garçons. Ça continue de m’exaspérer la façon cavalière dont certains hommes traitent les femmes.

Éric Dupont

À 16 ans, il se retrouve dans les Alpes enneigées de Salzbourg. C’est à ce moment qu’il découvre les grands opéras, que ce soit Mozart ou Schubert, il en raffole. De retour au pays, il entame des études à Ottawa et au Département de littérature comparée de l’Université de Montréal.

Las de ce programme, il part à Berlin pour y compléter une maîtrise sur le thème de la mémoire et l'oubli, un choix qui n’est pas anodin : « Pendant 10 ans, [durant mon enfance], nous avons été séparés de ma mère. On m’avait interdit de parler d’elle. Je n’ai pas encore pardonné aux gens responsables de ce silence de 10 ans », explique Éric Dupont.

L’absence de mémoire est tragique.

Éric Dupont

L’un des événements les plus marquants pour Éric Dupont est son expérience comme enseignant au sein d’une école secondaire à Toronto. « Ce poste vous permet de gagner un regard sur la société auquel tout le monde n’a pas accès. Il permet de constater le destin des [différentes et nombreuses] personnes et de constater le travail colossal d’un enseignant. Ce fut déterminant pour ma carrière d’écrivain », dit-il.

Chargement en cours