Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 16 octobre 2018

Le roman Marx et la poupée : la double identité de Maryam Madjidi

Publié le

Elle sourit à la caméra
L'autrice Maryam Madjidi   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« En tant qu'exilée, j'ai toujours eu l'impression d'être dans deux batailles, deux combats. La première c'est de réajuster le regard occidental qui est porté sur moi, en tant qu'Iranienne, et sur l'Iran. Il faut toujours le nuancer, le complexifier et le réajuster, puisqu'il est souvent empreint d'exotisme et d'orientalisme. L'autre combat, c'est de toujours être lucide par rapport à mes origines pour ne pas tomber dans un patriotisme un peu vulgaire. » L'autrice française d'origine iranienne Maryam Madjidi exprime les dilemmes associés à la double identité, un sujet au cœur de son dernier roman, Marx et la poupée.

Marx et la poupée, Maryam Madjidi, Heliotrope, 2018 – récompensé du prix Goncourt du premier roman
Résumé de l'éditeur : Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes –, et l’effacement progressif du persan au profit du français, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement.

Chargement en cours