Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 18 septembre 2018

Entrevue avec Alain Mabanckou

Publié le

L’auteur Alain Mabanckou est le président d’honneur du Salon international du livre de Québec.
Rencontre avec Alain Mabanckou   Photo : Radio-Canada

« Je ne veux pas connaître l'histoire de l'Afrique de la main blanche qui m'a colonisé. » L'auteur et professeur de littérature francophone à l'Université de Californie à Los Angeles Alain Mabanckou souhaite opposer le discours du colonisé à celui du colonisateur. Dans son roman Les cigognes sont immortelles, il prend un virage plus politique pour raconter une tranche d'histoire nationale dans sa République du Congo natale, « une nécessité », selon lui.

Les cigognes sont immortelles, Éditions du Seuil, 20 août 2018
Résumé de l'éditeur : À Pointe-Noire, dans le quartier Voungou, la vie suit son cours. Autour de la parcelle familiale où il habite avec Maman Pauline et Papa Roger, le jeune collégien Michel a une réputation de rêveur. Mais les tracas du quotidien (argent égaré, retards et distractions, humeur variable des parents, mesquineries des voisins) vont bientôt être emportés par le vent de l’Histoire. En ce mois de mars 1977 qui devrait marquer l’arrivée de la petite saison des pluies, le camarade président Marien Ngouabi est brutalement assassiné à Brazzaville. Et cela ne sera pas sans conséquence pour le jeune Michel, qui fera alors, entre autres, l’apprentissage du mensonge.

Alain Mabanckou se prononce sur Les cigognes sont immortelles

Chargement en cours