Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 17 septembre 2018

Ce qu’on respire sur Tatouine : l’ovni littéraire de Jean-Christophe Réhel

Publié le

Il tient un casque de Star Wars
Le poète et écrivain Jean-Christophe Réhel   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

L'auteur et poète Jean-Christophe Réhel relie la respiration haletante de Darth Vader, héros mythique de la série Star Wars, à sa maladie pulmonaire, la fibrose kystique, dans Ce qu'on respire sur Tatouine. Redoutant de sombrer dans l'apitoiement, il aborde cette maladie sous un angle nouveau dans un roman inclassable, tout en renouant avec ses thèmes de prédilection : la solitude et la fatigue.

C’est secondaire pour moi. C’est comme un sentiment, comme l’amour ou la peur. Je la considère comme un objet. Ce n’est pas une préoccupation.

Jean-Christophe Réhel, au sujet de la fibrose kystique

Ce qu’on respire sur Tatouine, Jean-Christophe Réhel, Del Busso, 10 septembre 2018
Résumé de l'éditeur :
La route est longue d’un sous-sol de Repen­ti­gny jusqu’à la pla­nète Tatouine. Sur­tout si l’on passe par le Super C, Cen­tral Park et le sei­zième étage du CHUM. Mais, pour l’esprit obses­sif, rêveur et décalé du nar­ra­teur, ces détours sont autant d’aventures salutaires.

Chargement en cours