•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Dominique Fortier, inspirée par l’œuvre de la poète Emily Dickinson

Audio fil du lundi 20 août 2018
Une femme parle dans un microphone dans un studio de radio.

L'auteure Dominique Fortier

Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Marie-Louise Arsenault reçoit Dominique Fortier à l'occasion de la parution de son sixième livre, Les villes de papier, un récit inspiré de la vie de la poète américaine Emily Dickinson.

Née à Amherst, en Nouvelle-Angleterre, le 10 décembre 1830, Emily Dickinson a vécu dans une famille de juristes ultrapuritains. Elle a passé une grande partie de sa vie en réclusion.

Un portrait en noir et blanc d'une jeune femmeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un portrait de la poète Emily Dickinson datant de 1850

Photo : Getty Images / Hulton Archive

« Sa poésie est extrêmement mal connue. Chez les francophones, il y a peu de gens qui l’ont vraiment lue, explique Dominique Fortier. Le mystère m’intéressait. C’est comme la quintessence de la figure de l’écrivain, Emily Dickinson. C’est quelqu’un pour qui l’écriture est au centre de la vie. »

Résumé du roman
Si, comme elle l’écrit, l’eau s’apprend par la soif et l’oiseau par la neige, alors Emily Dickinson, elle, s’apprend par la mer et par les villes.

Figure mythique des lettres américaines, celle que l’on surnommait « la dame en blanc » demeure encore aujourd’hui une énigme. Elle a toujours refusé de rendre sa poésie publique et a passé les dernières années de sa vie cloîtrée dans sa chambre; on s’entend pourtant maintenant à voir en elle l'un des écrivains les plus importants du 19e siècle.

Les villes de papier explore son existence de l’intérieur, en mode mineur, à travers ses livres, son jardin et ses fantômes. Autour de moments de la vie d’Emily, Dominique Fortier trace un roman à la fois grave et cristallin, et nous offre une réflexion d’une profonde justesse sur les mondes qui nous construisent, sur les lieux que nous habitons et qui nous habitent aussi.

Les villes de papier, Dominique Fortier, Alto, 2018
Publication chez Grasset en 2020 en Europe

L’œuvre d'Emily Dickinson
Éditions anglaises
The Complete Poems of Emily Dickinson, Thomas H. Johnson (ed), Boston : Little, Brown & Co., 1960
The Poems of Emily Dickinson, présenté par R. W. Franklin, Cambridge : Belknap Press, 1999

Éditions françaises
Vingt poèmes, Minard, 1963
Quarante-sept poèmes, traduction de Philippe Denis, Genève, Éditions La Dogana, 1987
Poèmes, Belin, 1989
Vivre avant l'éveil, Éditions Arfuyen, 1989
Une âme en incandescence, traduction et présentation de Claire Malroux, collection Domaine romantique, Éditions Corti, 1998
Autoportrait au roitelet, Éditions Hatier, 1990
Lettre au monde, Le Limon, 1991
Escarmouches, Éditions de la Différence, 1992
Lettres au maître, à l'ami, au précepteur, à l'amant, traduction et présentation de Claire Malroux, collection Domaine romantique, Éditions Corti, 1999
Avec amour, Emily, traduction et présentation de Claire Malroux, collection Domaine romantique, Éditions Corti, 2001
Y aura-t-il pour de vrai un matin, traduction et présentation de Claire Malroux, collection Domaine romantique, Éditions Corti, 2008
Quatrains et autres poèmes brefs, traduction et présentation de Claire Malroux, édition bilingue, Gallimard, coll. poésie, 2000
Car l'adieu, c'est la nuit, édition bilingue français-anglais, traduction et présentation de Claire Malroux, collection NRF, Gallimard, 2007
Lieu-dit, l'éternité : Poèmes choisis, édition bilingue français-anglais, traduction et présentation de Patrick Remaux, collection Points, Éditions du Seuil, 2007
Poésies complètes, édition bilingue, traduction de Françoise Delphy, Flammarion, 2009
Menus abîmes, poèmes d’Emily Dickinson, traduit par Antoine de Vial (1re partie), Orizons 2012
En poussière honorée, traduction de Philippe Denis, La Ligne d'ombre, 2013
Nous ne jouons pas sur les tombes, édition bilingue, traduction de François Heusbourg, avant-propos de Caroline Sagot Duvauroux, Éditions Unes, 2015
Ainsi parlait Emily Dickinson, dits et maximes de vie choisis, traduits de l'américain et présentés par Paul Decottignies, Éditions Arfuyen, coll. « Ainsi parlait », Paris-Orbey, 2016

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi