Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 13 juin 2018

Histoires plastiques : Isabelle Sarfati fait l'apologie de la chirurgie esthétique

Publié le

Une femme nue se fait marquer par un chirurgien.
Une femme se fait marquer en vue d'une opération chirurgicale   Photo : iStock

« Pour moi, c'est une manière de rester vivante, de pouvoir bouger par rapport à mon apparence, d'être évolutive, de ne pas être résignée devant le temps qui passe », dit l'auteure et médecin Isabelle Sarfati, grande adepte des opérations de chirurgie esthétique. Jointe à Paris, elle parle d'Histoires plastiques, un livre basé sur ses expériences à la fois comme consommatrice et comme chirurgienne spécialisée dans les transformations esthétiques. Rappelons que cette industrie pèse mondialement 13,2 milliards de dollars.

Je n’ai pas l’impression de déroger au serment d’Hippocrate. Quand j’opère, je le fais en mon âme et conscience quand j’ai la sensation de rendre service à cette personne. Ce n’est pas quelque chose de moral, ça ne concerne pas la société, ça concerne ce dont cette personne a besoin, ce que je peux faire pour qu’elle se sente mieux. Se sentir mieux dans son corps, ça fait partie de la santé.

Isabelle Sarfati

Histoires plastiques, Isabelle Sarfati avec la collaboration de Sandra Basch, Stock, 7 février en France
Résumé de l'éditeur :
Isabelle Sarfati est chirurgienne plastique, elle opère des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux, des moches et des beaux. Se succèdent dans son cabinet une nudiste furieuse de sa reconstruction mammaire, un joueur de poker professionnel qui a choisi d’avoir quatre testicules pour lui porter chance, une femme qui ne veut plus de seins, une autre qui en veut plus et plus de fesses aussi pendant qu’on y est… À chacun, l’auteure tente de répondre, pas forcément avec un bistouri. Elle n’élude rien des ratages, douleurs, outrances de son sulfureux métier, mais raconte surtout des histoires de transformation, de réparation, de réconciliation personnelle drôles, tragiques, humaines.

La liste des transformations esthétiques d'Isabelle Sarfati : « Elle subit sa première intervention à 25 ans pour une génioplastie avancée du menton pour cacher un grand nez; à 30 ans, une liposuccion des cuisses pour mettre des robes moulantes, mais toujours pas de short; à 34 ans, se fait « bomber le front »; à 40, les paupières supérieures; à 45, les prothèses mammaires; à 50, un lifting et elle s’injecte elle-même acides hyaluroniques et Botox pour lisser son visage. » - (Source: Mid&Plus)
Une poupée démantibulée.
Histoires plastiques, Isabelle Sarfati avec la collaboration de Sandra Basch, Stock, 7 février en France   Photo : Stock

Chargement en cours