Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 17 mai 2018

Joséphine Bacon, l'autrice ancrée dans le présent, raconte son passé

Publié le

Elle sourit au micro.
La réalisatrice et poète Joséphine Bacon   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« J'ai appris à vivre le présent, c'est important, dans la langue innue. Tu ne peux pas écrire le passé ni le futur si tu ne connais pas ton présent. » La poète et réalisatrice innue originaire de Pessamit, au sud-ouest de Baie-Comeau, se prononce sur sa conception du temps. Elle raconte aussi quelques fragments de ses souvenirs – son enfance, son passage dans les pensionnats, une expérience qui n'a pas été « seulement douloureuse » – et lit en primeur un extrait de son prochain recueil de poésie, Ueish, quelque part.

« J’ai tant de plis sur mon visage, chacune de mes rides a vécu ma vie. Aujourd’hui, je suis la femme digne qui raconte. Je n’ai pas la démarche féline, j’ai le dos des femmes ancêtres, les jambes arquées de celles qui ont partagé, de celles qui accouchent en marchant. » Voici en exclusivité la poésie sublime de Joséphine Bacon, à paraître cet automne à Mémoire d’encrier.

Un extrait du questionnaire « J'avoue que j'ai vécu » (réponses données hors ondes)

La plus belle rencontre de votre vie?
Il y en a tellement. Il n’y en a pas qu’une seule. Des rencontres qui restent inoubliables, c’est difficile de choisir, elles sont toutes belles.

Votre souvenir le plus fort?
Mes plus beaux souvenirs pourraient faire un recueil de poésie, ils pourraient être écrits en poème.

Ce que vous n’auriez jamais cru possible?
Il y a tellement d’impossibles quand tu viens au monde, tu es confrontée à l’impossible, quand tu trouves dans l’impossible des choses possibles, c’est extraordinaire. On est souvent confrontées à l’impossible, il ne faut pas lâcher.

L’objet du passé qui vous manque le plus?
Les aînés qui me racontent. C’est ce qui me manque le plus.

Avez-vous des regrets?
Qui n’a pas de regrets? Je trouve que ce n’est pas une nécessité de parler de ses regrets. Parce qu’ils sont passés. La plus belle manière de vivre sa vie, c’est de la vivre dans le présent, au moment où tu es là.

Chargement en cours