Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 15 mai 2018

Jacques Godbout n'est pas né pour un petit pain

Publié le

Il sourit au micro.
Le cinéaste, romancier, poète, journaliste et essayiste Jacques Godbout   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Je n'ai pas chômé. J'ai additionné, j'ai fait des choses valables, des fois un peu moins. J'ai eu une vie extraordinaire, et j'ai laissé quelques traces. » Le cinéaste, romancier, poète, journaliste et essayiste Jacques Godbout s'efforce de résumer dans son autobiographie De l'avantage d'être né une carrière riche en rencontres et en réalisations. Il revient sur sa participation active et sur ses amitiés avec des acteurs clés de la Révolution tranquille. Il porte un regard sensible et actuel sur la société québécoise qu'il affectionne, mais qu'il critique aussi : « On serait un pays souverain si l'on avait misé sur l'éducation. »

C'est le roman d’une vie, sans la possibilité de se cacher derrière des personnages.

Jacques Godbout

Voilà comment Jacques Godbout présente De l’avantage d’être né, où ce témoin-acteur de l’évolution du Québec retrace son parcours d’homme et d’artiste d'hier à aujourd'hui.: « J’ai entrepris un inventaire systématique de ma vie publique. De l’avantage d’être né décrit de façon chronologique, à partir de mes livres et de mes films, rassemblés par ordre de parution sur une étagère de ma bibliothèque, naissance, éducation, formation, publication, travail, activités littéraires ou cinématographiques et sociales. Le parcours d’un intellectuel de la Révolution tranquille : c’est mon acte de contrition. »

De l’avantage d’être né, Jacques Godbout (récit autobiographique), Les éditions du Boréal, 15 mai 2018
Résumé de l'éditeur Nous y lisons le récit d’une enfance et d’une éducation à l’enseigne du Québec traditionnel, où l’Église occupe une place prépondérante. Issu d’une famille libérale, le jeune Godbout trouvera très vite le moyen d’échapper à cette société étouffante. Dès le début de la vingtaine, il séjourne en Éthiopie, où il a été invité comme enseignant. À son retour, c’est un Québec qui s’est déjà mis en marche qui l’accueille. Il emboîte le pas et se retrouve à l’avant-garde. Il évoque pour nous la fondation du Mouvement laïque québécois, celle de la revue Liberté ou encore la mise en place de la section française de l’ONF.

Photo d'un jeune garçon en noir et blanc sur la page couverture du livre
Le livre de Jacques Godbout, « De l’avantage d’être né », paru aux Éditions du Boréal Photo : Radio-Canada/Hamza Abouelouafaa

Chargement en cours