Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 27 avril 2018

La violence invisible de la banlieue : l'écriture virtuose de Maryse Andraos

Publié le

Portrait de l'auteure Maryse Andraos
Maryse Andraos   Photo : Phanie Bernier

« La banlieue apparaît comme très tranquille, très lisse. Contrairement à la ville, où la violence est directe, en banlieue, tout est caché », constate Maryse Andraos, lauréate du Prix de la nouvelle de Radio-Canada. L'auteure, qui a grandi à Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal, campe sa nouvelle Sans refuge dans cet espace limite. Yara, une jeune adolescente, subit une oppression qui reste dissimulée derrière des apparences de normalité.

Maryse Andraos travaillait sur ce texte quand la déferlante #MoiAussi a éclaté, et les deux thèmes se sont connectés, celui des apparences de perfection hypocrite des haies de banlieue et celui de la chape de honte qui a longtemps maintenu les victimes d'agressions sexuelles dans le silence. « Lire toutes ces femmes-là qui s'exprimaient sur les réseaux sociaux, et faire un travail de réflexion de mon côté, ça m'a donné une charge pour l'écriture, explique-t-elle. Ça m'a inspiré cet univers-là, que j'ai eu envie d'aller creuser. »

Vous êtes cinq dans le boisé tout au bout du terrain vague : le petit drôle avec sa casquette relevée sur le front, l’artiste qui travaille au café (beau, fendant, majeur), ton bully du primaire (il parle peu et avec détachement, comme s’il n’était pas concerné par ses propres mots); c’est elle qui les a invités, elle sur qui tous les regards se concentrent, cheveux longs et plats, corps flottant dans un coton ouaté déchiré à l’encolure. Chacun prend une bouffée et la retient dans sa poitrine jusqu’à ce que le joint ait fait un tour complet; alors seulement, vous pouvez relâcher la fumée.

Après avoir écrasé le tison contre la terre humide, vous restez un temps en cercle, entourés des bandes noires et maigres des bouleaux. Tu essaies de suivre la conversation, mais tu n’arrives pas à comprendre le lien entre les répliques. Elles surgissent, gratuites, comme isolées les unes des autres. Tu regardes ton amie. Dans la pâle lumière de la lune, son visage semble fait en cire. Vous marchez jusqu’au fleuve, discutant deux par deux, toi derrière. Tu te concentres sur le sol. Tu surveilles toujours le sol dans les environnements hostiles.

Extrait de la nouvelle « Sans refuge » de Maryse Andraos
La jeune auteure aux cheveux bruns écoute attentivement l'animateur.
Maryse Andraos vient de remporter le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2018 pour sa nouvelle inédite « Sans refuge ». Un passage de son texte est lu lors de sa visite. Photo : Radio-Canada/Christian Côté

Chargement en cours