•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Le magazine National Geographic prend conscience de son passé raciste

Audio fil du mardi 20 mars 2018
un tas de magazines

Plusieurs éditions du magazine « National Geographic »

Photo : Getty Images / E_Y_E

« Cela fait mal de révéler [aux lecteurs] ces consternantes histoires du passé de notre magazine. Pendant des décennies, nos reportages étaient racistes. Nous devons le reconnaître pour nous élever au-dessus de ce passé. » La rédactrice en chef Susan Goldberg fait son mea culpa dans le prochain numéro du célèbre magazine jaune qui fête son 130e anniversaire cette année. La journaliste Noémi Mercier et le journaliste scientifique Yanick Villedieu commentent ces excuses et expliquent leur importance.

À l’occasion du 50e anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, le National Geographic consacre son numéro d’avril à la question raciale. Son équipe a confié à l’historien John Mason, spécialiste de l’histoire de la photo et de l’histoire africaine, la tâche ardue d’analyser les archives du magazine. À la lumière de ces recherches, on constate qu'il existe plusieurs reportages et illustrations qui reconduisent des propos racistes ou même eugénistes. En voici quelques-uns que Noémi Mercier a regroupés :

  • Les aborigènes d'Australie sont décrétés les moins intelligents de tous les êtres humains en 1916.
  • Un reportage de 1969 en Afrique du Sud ne fait aucune mention d’un massacre de Noirs survenu peu de temps avant et ne donne pas la parole aux Noirs.
  • Il y a beaucoup d’images de « primitifs » fascinés par la technologie occidentale.
  • Les photos des Polynésiennes sont souvent suggestives.
  • La National Geographic Society a été fondée en 1888, à l’époque coloniale. Il s'agissait alors d'un club privé consacré aux voyages exotiques de riches explorateurs.
  • Le magazine était le produit de son époque. Mais contrairement à une publication comme Life, le National Geographic n’a rien fait pendant des décennies pour remettre en question ces stéréotypes - il les a plutôt renforcés.
le portrait en noir et blanc d'un homme et une femme Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans un article paru en 1916 sur l'Australie, les Aborigènes ont été qualifiés de « sauvages » qui « se classent parmi les moins intelligents de tous les êtres humains ».

Photo : (L'homme) C.P. Scott; (la femme) H.E. Gregory, National Geographic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi