Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 27 février 2018

En quête de danger et de renouveau perpétuel, avec l'écrivaine France Théoret

Publié le

Elle sourit à la caméra
L'écrivaine France Théoret   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Il faut aller là où l'on n'est jamais allé [...] aller vers le danger, aller vers ce qu'on ne sait pas. » L'écrivaine et professeure de littérature France Théoret aime braver l'inconnu, une habitude qui profite à son écriture. La féministe qui a manifesté toute sa vie pour le droit des femmes fait paraître un nouveau roman aux éditions La Peuplade, Les querelleurs. Elle se prête aussi au questionnaire « Pourquoi j'écris ».

Pourquoi j'écris?

Vos parents étaient-ils fiers de vous?
C’était le silence.

Qui vous a donné votre première chance, vous a donné confiance?
Les revues La barre du jour et Les herbes rouges.

Quel est le meilleur conseil qu'on vous a donné?
Arrête de citer les autres et écris en ton nom.

Quel autre métier avez-vous exercé?
Professeure de littérature au collégial.

Quel sentiment avez-vous éprouvé lorsque vous avez vu votre première œuvre publiée?
Le vertige.

Quelle est votre motivation quotidienne?
La volonté ou ma raison d’être.

Qu'est-ce qui vous comble le plus dans votre travail?
Faire apparaître de nouvelles relations entre les mots, ce que j’appelle l’inspiration.

Dans tout ce que vous avez écrit, de quoi êtes-vous le plus fier?
D’avoir écrit sur les femmes contemporaines et sur le Québec.

La phrase, le dialogue ou le texte dont on vous a le plus parlé?
Bloody Mary, mon premier recueil.

Y a-t-il un mot ou une ponctuation que vous affectionnez particulièrement, que vous aimez écrire?
Le corps, la nudité, le sexe.

Êtes-vous sensible aux commentaires (critiques, regard des autres)?
Oui.

Pourquoi ou pour qui écrivez-vous?
J’ai déjà écrit ceci : « J’écris en pensant à qui ne me lira jamais. »

Quel lieu ou quelle ville vous inspire?
Montréal.

Comment souhaiteriez-vous que l’on se souvienne de vous?
Une écrivaine féministe, c’est tout.

Les querelleurs, France Théôret, La Peuplade

Chargement en cours