•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 livres incontournables, selon Jean-François Chicoine

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

5 livres incontournables, selon Jean-François Chicoine

Audio fil du mardi 6 février 2018
Le pédiatre Jean-François Chicoine parle au micro lors d'une entrevue accordée à Franco Nuovo, le 25 juin 2017.

Le pédiatre Jean-François Chicoine

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

« La littérature, ça contient un des trois éléments fondamentaux qui distinguent l'humain en croissance de l'animal : l'imagination. » Le pédiatre et professeur adjoint de clinique au Département de pédiatrie de l'Université de Montréal Jean-François Chicoine exprime son attachement à la culture et insiste sur son importance dans le développement des enfants. Aussi, il dresse la liste des cinq livres incontournables qui l'ont marqué à différentes étapes de sa vie.

Si on est capable d’amener un enfant avec un capteur de rêves, avec une histoire, avec des paroles, avec des dessins, vers la représentation de ses anxiétés, de ses fantômes ou de ses colères, déjà, le problème est réglé.

Jean-François Chicoine

À 10 ans : Le baron perché, (Nouvelle fenêtre) d'Italo Calvino
Résumé : « Monté à douze ans dans les arbres, Côme, baron du Rondeau, décide de ne plus jamais en descendre. Nous sommes en 1770. Des années plus tard, toujours perché, il séduira une marquise fantasque et recevra Napoléon en grande pompe. »

À 20 ans : La vie est ailleurs (Nouvelle fenêtre), de Milan Kundera
Résumé : « L'âge lyrique, selon Kundera, c'est la jeunesse, et ce roman est avant tout une épopée de l'adolescence, épopée ironique qui corrode tendrement les valeurs tabous : l'enfance, la maternité, la révolution, et même la poésie. En effet, Jaromil est poète. C'est sa mère qui l'a fait poète et qui l'accompagne (immatériellement) jusqu'à ses lits d'amour et (matériellement) jusqu'à son lit de mort. »

À 30 ans : L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau (Nouvelle fenêtre), d'Oliver Sacks
Résumé : « Oliver Sacks décrit dans ce livre les affections les plus bizarres, celles qui atteignent un homme non seulement dans son corps, mais dans sa personnalité la plus intime et dans l'image qu'il a de lui-même. Il nous fait pénétrer dans un royaume fantastique, peuplé de créatures étranges... »

À 40 ans : La mal-mesure de l’homme (Nouvelle fenêtre), de Stephen Jay Gould
Résumé : « Qu'est-ce que l'intelligence? Qui peut en parler? Comment? Une fresque exceptionnelle de Stephen Jay Gould. Du XIXe siècle à nos jours, les théories scientifiques passées au peigne fin de la critique. Où l'on découvre quelques-uns des fondements du racisme et du sexisme... Pour en finir avec les idées reçues. »

À 50 ans : La vie, la mort, la vie : Louis Pasteur (Nouvelle fenêtre), d'Erik Orsenna
Résumé : « Treize années durant, chaque jeudi après-midi, l'Académie française m'a offert le privilège d'avoir comme voisin le Prix Nobel de médecine, François Jacob. Comme deux potaches, nous bavardions. Mon ignorance abyssale en biologie l'accablait. C'est lui qui m'a donné l'idée de ce livre : "Puisque, par on ne sait quel désolant hasard, tu occupes le fauteuil de Pasteur, plonge-toi dans son existence, tu seras bien obligé d'apprendre un peu!" »

J’ai de la difficulté à prescrire une thérapie chez un enfant à qui on n’a pas encore tenté la culture. La culture appartient à son développement humain, la culture est naturelle. Son esprit, son cerveau sont à des années d’évolution pour recevoir la culture.

Jean-François Chicoine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi