Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 5 décembre 2017

Angélique Kidjo, une vie à se battre pour l'éducation des femmes

Publié le

Angélique Kidjo
Angélique Kidjo   Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Angélique Kidjo a choisi de dédier ses mémoires, La voix est le miroir de l'âme, à son père qui, « contre l'avis de tous, a veillé à ce que ses filles soient scolarisées ». Valoriser l'éducation des jeunes filles dans son Bénin natal demeure un combat à mener, et la chanteuse de réputation internationale tente d'ajouter sa voix puissante au concert des revendications. Discussion avec une battante.

« Je serai un mur solide contre lequel mes enfants pourront s’appuyer », disait le père d'Angélique Kidjo. La chanteuse se souvient de la pugnacité de cet homme qui, ayant lui-même étudié au Bénin et à Paris, a tout fait pour que ses filles connaissent les joies de l'éducation et soient « outillées pour comprendre le monde complexe dans lequel elles vivent ».

Au Bénin, très souvent les filles sont mariées très jeunes à des hommes choisis par leur famille. Aller à l'école ne fait pas partie du parcours commun, mais mon père savait qu'éduquer les femmes peut anéantir les guerres et enrayer les épidémies.

Angélique Kidjo

Aujourd'hui ambassadrice de l'UNICEF, l'artiste suit les traces de son père en luttant contre les mariages forcés en Afrique, utilisant sa voix d'or pour propager un discours féministe en chanson. La vidéo ci-bas, diffusée au Bénin et dans de nombreux pays limitrophes, a popularisé sa chanson auprès des jeunes et a montré le pouvoir de changement social de la musique, selon elle. « Le clip a eu plus de 1 million de vues en 24 heures et j'ai vu des petits garçons chanter cette chanson dans les cours d'école. C'est par eux que le changement va s'opérer. L'Afrique va changer. »

La scène, un sanctuaire

Dans sa biographie parue au mois d'octobre, elle raconte ses premiers pas sur scène, toute jeune, et témoigne du sentiment grandiose qui l'habite à chaque spectacle, alors qu'elle se sent « spirituellement nue ».

Ma grand-mère m'a toujours dit qu'il faut montrer son âme, qu'il faut être spirituellement nue, c’est-à-dire qu'il faut s’abandonner totalement. La vérité de l’âme n’a pas de frontières et l'on peut être connecté au monde entier en exposant sa fragilité et sa vulnérabilité, en ne faisant pas de cachettes au sujet de soi et en mettant totalement son ego de côté.

Angélie Kidjo

À lire :
La voix est le miroir de l’âme, d'Angélique Kidjo, Fayard, octobre 2017
« Angélique Kidjo, diva engagée », par Vincent Zanetti, RTS, novembre 2017

Chargement en cours