•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Le panafricanisme, ce grand rêve africain qui renaît

Audio fil du jeudi 30 novembre 2017
Patrick Dramé, professeur titulaire au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il est un spécialiste de l’histoire de l’Afrique

Patrick Dramé, professeur titulaire au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il est un spécialiste de l’histoire de l’Afrique.

Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

En acquérant leur indépendance au début des années 60, les pays africains s'étaient mis à rêver du panafricanisme, une grande union au sein du continent permettant à l'Afrique de contrebalancer les puissances occidentales. « L'idée, quasi mort-née, refait surface depuis quelques années, notamment autour du projet d'Agenda 2063 », explique l'historien Patrick Dramé.

Auteur du livre L'Afrique postcoloniale en quête d'intégration : s'unir pour survivre et renaître, Patrick Darmé est professeur titulaire au Département d’histoire de l’Université de Sherbrooke et spécialiste de l’histoire de l’Afrique. Notamment intéressé par le colonialisme français en Afrique subsaharienne, il rappelle que les grandes idées d’unification du continent africain ont commencé à germer à la fin des années 50, en même temps que le grand mouvement de décolonisation qui a permis à une cinquantaine de pays africains d’obtenir leur indépendance et de se délester du joug des puissances colonisatrices européennes.

« Le mouvement est né aux Caraïbes et aux États-Unis, explique-t-il. Il a été lancé par des intellectuels noirs, qui se battaient contre la ségrégation raciale. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les Africains se sont approprié cette idée, voulant s’unir et créer les États-Unis d’Afrique. »

Jamais l’idée n’a réellement pu être appliquée, trop d’idéologies et de pensées contradictoires s’opposant à l’intérieur du continent africain. L’utopie panafricaniste connaît toutefois un regain d’intérêt aujourd’hui, de nombreux intellectuels et hommes politiques voyant par exemple d’un bon œil l’idée d’une monnaie commune ou d’un passeport commun à l’ensemble du continent. Ce sont à tout le moins quelques-unes des idées propagées par l’Agenda 2063, un projet de la Commission de l’Union africaine visant la mise sur pied d’une « Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique sur la scène internationale », comme le dit son document-cadre (Nouvelle fenêtre).

Le projet d’Agenda 2063 soulève toutefois de nombreuses critiques, notamment contre le caractère économique néo-libéral de l’union proposée. De nombreux intellectuels pensent que ce nouveau panafricanisme va beaucoup profiter aux Occidentaux et créer de nouvelles dépendances par rapport aux anciennes puissances coloniales.

Patrick Darmé
Couverture du livre <em>L'Afrique postcoloniale en quête d'intégration : s'unir pour survivre et renaître</em>, de Patrick DraméAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Couverture du livre L'afrique postcoloniale en quête d'intégration : S'unir pour survivre et renaître, de Patrick Dramé

Photo : Presses de l'Université de Montréal

Quelques références :

L'Afrique postcoloniale en quête d'intégration : s'unir pour survivre et renaître, de Patrick Dramé, Presses de l'Université de Montréal, août 2017
Fiche biographique de Patrick Dramé (Nouvelle fenêtre) sur le site de l'Université de Sherbrooke

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi