Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 8 septembre 2017

La liste de l'invitée : les réponses loufoques de l'auteure Sophie Bienvenu

Publié le

L'auteure Sophie Bienvenu sourit au micro lors de son entrevue avec Marie-Louise Arsenault
L'auteure et scénariste Sophie Bienvenu   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

L'auteure et scénariste Sophie Bienvenu, qui a plus d'une dizaine de romans à son actif, dont Et au pire, on se mariera et, plus récemment, La princesse qui voulait devenir générale, répond avec enthousiasme à « la liste de l'invitée ». On apprend, notamment, que le meilleur mot qui la décrit est « paradoxe » et qu'elle adore, avec une certaine gêne, le livre Lestat le vampire, d'Anne Rice.

LA LISTE DE L’INVITÉE

Quel mot vous décrit?
Quand j'ai demandé à mon chum, le premier mot qui lui est venu à l'esprit est « complexe ». Moi j'aurais dit « paradoxe », mais ça revient un peu au même.

Quelle est votre devise?
« On s'en fout » m'aide dans beaucoup de situations et j'aimerais l'appliquer beaucoup plus.

En quoi excellez-vous?
Je sais faire tout ce qui peut s'apprendre sur YouTube, mais je n'excelle dans rien. À part peut-être écrire. C'est donc une bonne chose que je fasse ça dans la vie.

Quel est votre mot préféré? Et celui que vous aimeriez bannir?
« Pullule » est vraiment drôle et me remplit de joie chaque fois que je l'entends ou que je l'utilise. « Prurit » me dégoûte.

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit?
Un incommensurable bordel : trois verres d'eau dégueu, une plante, une pile de livres, des écouteurs, de la crème à main, du baume à lèvres, de l'huile à massage rancie, un stylo et un carnet, le toutou de ma chienne morte, des bouchons d'oreilles, une chandelle, du spray rafraîchissant pour les pieds, un chargeur de téléphone, des mouchoirs, des Advils périmés, mes listes, un pouche-pouche d'huiles essentielles pour favoriser le dodo et une boîte de trucs dont je ne peux pas parler à la radio.

Quelle lecture a fait votre éducation sentimentale ou amoureuse?
37,2 le matin, à 15 ans. Ça regardait mal pour la suite.

Quelle lecture obligatoire a été une torture?
Dès que tu m'obliges à faire quelque chose, c'est une torture. Mais je dirais Le Grand Meaulnes.

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle, vous a le plus troublée?
Récemment, Taqàwan, d'Éric Plamondon

Quel personnage de fiction aimeriez-vous rencontrer?
Lestat, le vampire

Quel est votre plus récent engouement artistique?
J'aime Hydro, une pièce de théâtre documentaire de Christine Beaulieu et Annabelle Soutar.

Quelle chanson vous représente?
Ma colline, de Tiwony

Avez-vous le souvenir d’un spectacle exceptionnel, d'une performance inoubliable?
Femme ta gueule, de Mariana Mazza. J'ai rarement autant ri. J'adore cette fille et tout ce qu'elle représente.

Quelle expression vous exaspère?
« Je suis allé à l'école de la vie », vient souvent avant ou après une réflexion complètement couillonne.

RÉFÉRENCE:
La princesse qui voulait devenir générale, Sophie Bienvenu, Éditions de la Bagnole, 2017

Chargement en cours