Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 23 août 2017

Friends, l’amitié plus forte que tout  

Publié le

La comédie de situation Friends
La comédie de situation Friends   Photo : La chaîne NBC

« Une des très grandes forces de cette série, et qui fait que les jeunes la regardent, c'est cette impression d'amitié à toute épreuve, de faire partie d'un groupe qui se tient, qui est solidaire, qui est magnifiquement exploité », croit l'auteur et scénariste Jacques Davidts au sujet de la populaire télésérie américaine Friends. Avec Marie-Andrée Labbé, la plume derrière Trop, et Daniel Weinstock, philosophe et professeur à la Faculté de droit de l'Université McGill, il décortique cet objet culturel qui traverse le temps et qui suscite encore la fascination.

Diffusée sur la chaîne de la NBC à partir du 22 septembre 1994, Friends a été suivie par plus de 26 millions de personnes chaque semaine. Après 10 ans, la série cumule 236 épisodes qui ne cessent de créer l’émoi depuis.

Le secret d’une telle réussite
L’auteure Marie-Andrée Labbé croit que le secret de cette série réside dans son écriture. « J’ai tout aimé, Friends est un sans-faute. Je me suis laissé impressionner par cette écriture dont les répliques, la structure et le rythme des scènes sont les principales forces », dit-elle.

Jacques Davidts quant à lui pense que la simplicité est son plus grand atout. « Comme dans la plupart des comédies de situation, c’est quand les idées sont simples et quand le thème général est vraiment accessible que ça fonctionne le mieux », explique-t-il.

Habitué aux séries des années 70 qui abordent des thèmes plus politiques, le philosophe Daniel Weinstock croit que la série est trop légère et peu engagée. « Friends par rapport aux [aux thèmes qui abordent des enjeux sociaux] est un peu fade et insipide. C’est bien construit, bien fait, mais ça suscite le rire un peu trop mécaniquement », dit-il. Jacques Davidts rétorque que toutes les comédies de situation appartiennent à leur époque. « C’est-à-dire que c’est l’époque qui provoque une comédie de situation. Friends n’aurait pas pu être dans les années 70, de la même façon qu’Archie Bunker n’aurait pas pu être dans les années 90. »

Inédit
Afin de dénoncer le manque de diversité à Hollywood, Jay-Z a réinterprété un épisode de Friends sans toucher aux dialogues originaux. L’épisode parodié est The One Where No One's Ready (saison 3, épisode 2, diffusé le 26 septembre 1996).

Chargement en cours