•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Nuna</em>, ou la nordicité vécue par Juliana Léveillé-Trudel

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Nuna, ou la nordicité vécue par Juliana Léveillé-Trudel

L'autrice Juliana Léveillé-Trudel parle devant un micro.

Juliana Léveillé-Trudel

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

L'autrice Juliana Léveillé-Trudel a vécu 10 ans au Nunavik, où elle travaillait dans le domaine de l'éducation. « C'est le plus grand choc culturel de toute ma vie, qui s'est produit pourtant au Québec », explique-t-elle. Juliana Léveillé-Trudel a été mise en contact avec un « univers si différent », une « culture si riche » et « un peuple si fort » qu'elle a remis en question ses manières de voir la vie. Elle nous lit un extrait de son texte Nuna, qui a été publié dans la dernière édition de BESIDE, parue le 19 novembre dernier, et qui porte sur la nordicité.

Un extrait de Nuna :

« Petit à petit, je découvrais une langue fabuleuse, immensément créative et pleine d’humour. Une langue qui avait dû inventer toutes sortes de façons un peu farfelues de nommer les éléments de la vie moderne, mais qui décrivait le territoire et les techniques de chasse avec une précision époustouflante.

Qanik, la neige qui tombe.
Aputi, la neige au sol.
Aniu, la neige propre qu’on fait fondre pour avoir de l’eau.
Pukak, la neige cristallisée qui s’effrite.
Masak, la neige mouillée qui tombe.
Matsaaq, la neige mouillée au sol.

[…]

Référence
Nirliit, Juliana Léveillé-Trudel, La Peuplade, 2018

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi