•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Djaïli Amadou Amal, du Sahel jusqu’au Goncourt

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Djaïli Amadou Amal, du Sahel jusqu’au Goncourt

Djaïli Amadou Amal pour la caméra dans un cadre de porte.

Djaïli Amadou Amal fait partie des quatre finalistes du prix Goncourt pour son troisième roman, Les impatientes.

Photo : Facebook / Éditions Emmanuelle Collas

Mariage forcé, violence conjugale, marginalisation... La vie de Djaïli Amadou Amal a été marquée par l'adversité, mais l'autrice camerounaise a su traverser les épreuves en prenant la plume. Son troisième ouvrage, Les impatientes, s'est même taillé une place dans la liste des nominations du prix Goncourt. En compagnie de Marie-Louise Arsenault, elle revient sur son parcours, riche source d'inspiration pour ses œuvres.

Même si elle vient d’une famille relativement privilégiée, Djaïli Amadou Amal s'est fait donner en mariage à l’âge de 17 ans à un homme de 50 ans, un destin qu’elle partage d’ailleurs avec deux des protagonistes des Impatientes.

Prise dans un mariage polygame, elle a néanmoins continué d’aller à l’école.

L’écriture m’a sauvé la vie parce qu’elle m’a permis de pouvoir m’exprimer, de mettre tous mes ressentis sur le papier et d’avoir "quelqu’un", avec la page, à qui parler.

Djaïli Amadou Amal, autrice

Elle a fait paraître un premier roman en 2010, ce qui n'a pas manqué pas de lui attirer les critiques de plusieurs membres de sa société natale. Quand je suis rentrée dans ma province, dans ma région, avec mon premier roman, c’était absolument tabou, relate-t-elle, puisque son roman traite de violence et de viol conjugal.

Djaïli Amadou Amal explique aussi qu’elle a voulu aller plus loin que l’écriture pour aider les jeunes femmes à se forger un meilleur destin en créant l’association Femmes du Sahel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi