•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Nous méritons mieux : Marie-France Bazzo et la chute des médias québécois

L'animatrice Marie-France Bazzo

L'animatrice Marie-France Bazzo

Photo : Maude Chauvin

« Les ondes ne nous appartiennent pas, elles nous sont prêtées. Nous avons une responsabilité [vis-à-vis d'elles]. » Marie-France Bazzo publie Nous méritons mieux, un essai dans lequel elle pose un regard critique, mais optimiste, sur les médias au Québec. Ayant travaillé dans ce milieu toute sa vie, la productrice et animatrice s'inquiète de la dégringolade qu'il subit depuis de nombreuses années.

À chaque étage de la production, que l’on soit chroniqueur, animateur, réalisateur, administrateur, producteur ou diffuseur, on peut tous faire mieux. On a tous la responsabilité, malgré le manque d’argent et le désamour des téléspectateurs, des auditeurs et des lecteurs [...] de ne jamais oublier à qui l'on s’adresse et de parler et de donner à tout le monde ce qu’il mérite.

Marie France Bazzo

Nous méritons mieux : repenser les médias au Québec, Marie-France Bazzo, Boréal, 10 novembre 2020
Résumé de l'éditeur : C’est l’essai d’une femme qui s’est offert un cadeau : celui de parler vrai, de parler en toute liberté de son métier d’animatrice et de productrice. Marie-France Bazzo se donne la permission d’analyser et de critiquer un monde qu’elle connaît bien, celui des médias. Évoquant son mentor Pierre Bourgault, elle prend la plume pour que des voix plus libres et plus mordantes trouvent place dans l’univers médiatique.

Elle part du constat largement documenté que les médias, au Québec comme ailleurs dans le monde, vivent une crise multiforme. Crise d’identité alors que les médias traditionnels, comme les journaux, la radio et la télévision, sont ébranlés par l’émergence et la consolidation des nouvelles plateformes numériques. Ce qui entraîne une autre crise, financière celle-là, puisque les revenus publicitaires sont en chute.

Mais plus profondément, pense Marie-France Bazzo, les médias traditionnels font face à une crise de confiance de la part des citoyens. C’est aussi bien l’animatrice et la productrice que la citoyenne qui s’inquiète et s’interroge face à ce phénomène. Comment expliquer la méfiance et le désamour des citoyens envers les médias? Trop prévisibles et trop consensuels, ils négligent l’intelligence et la curiosité de leurs auditeurs et abonnés. Il y a bien des sursauts de lucidité, comme lorsque les journalistes questionnent les dirigeants politiques sur leur gestion par moments chaotique de la pandémie qui nous frappe...

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi