•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Tombée médiatique, de Mickaël Bergeron : la chute libre du milieu journalistique

Mickaël Bergeron au micro de Catherine Perrin.

Mickaël Bergeron

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Mickaël Bergeron publie Tombée médiatique, un essai dans lequel il tente d'analyser la déconfiture que subit le milieu journalistique québécois. Manque de diversité, lien de confiance brisé, financement inadéquat... La liste peut être longue pour expliquer cette chute. Le journaliste, animateur et réalisateur croit que des solutions existent, comme s'affranchir de la course aux cotes d'écoute, miser davantage sur la qualité des nouvelles et éviter le modèle privé en rendant l'information au peuple. On en discute avec lui, en plus d'aborder son essai qui s'attaquait l'année dernière à la grossophobie, La vie en gros.

Ce n’est pas étonnant que l’opinion et la chronique aient pris autant de place; c’est plus facile et ça coûte moins cher à produire, malgré le salaire parfois exorbitant de quelques vedettes.

Mickaël Bergeron,Tombée médiatique

Tombée médiatique, Mikaël Bergeron, Somme toute, 27 octobre 2020

Résumé : Fuite des revenus publicitaires, méfiance du public, fake news, virage numérique, compressions budgétaires, réduction des effectifs, fermetures… Dire qu’une crise secoue les médias relève aujourd’hui de l’euphémisme. Disons-le franchement : le milieu journalistique est en chute libre.

Si aucun coup de barre n’est donné, les entreprises médiatiques continueront de fermer les unes après les autres. Bientôt, il ne restera que quelques structures dans les mains de deux ou trois milliardaires en quête d’influence. Ou encore, une poignée de petits organismes sans moyens. L’infospectacle, les chroniques et les réseaux sociaux resteront les seules façons de s’informer et les assises de la démocratie s’effriteront peu à peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi