•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Raed Hammoud, l’homme du monde épris de création

Portrait

Raed Hammoud

Photo : Radio-Canada / Catherine Forget

Le journaliste, animateur et musicien Raed Hammoud est né à Niamey, au Niger, où il a « envie de retourner dès que possible » puisqu'il y a vécu une enfance très heureuse. Il est arrivé au Québec en 1997 et a vécu la crise du verglas à son premier hiver. Raed Hammoud a intégré le monde des médias en effectuant des stages à Radio-Canada. « J'ai longtemps eu le syndrome de l'imposteur », dit-il en rappelant que c'est René Homier-Roy lui a donné sa chance au micro. Il désirait pourtant faire du développement international après ses études de science politique. Le rap a été une de ses premières passions, et Raed Hammoud y est revenu avec un premier album solo, Le pommier d'Ève, sous le nom de Sael. Le chanteur nous propose sa « liste de l'invité ».

Quelle chanson vous représente?
Tajabone, d'Ismaël Lo, que j’écoutais en boucle après mon arrivée au Canada, quand j'étais nostalgique du Niger et de l’Afrique de l’Ouest.

Quel est votre état d’esprit?
Serein, heureux et libre

Quel mot vous décrit?
Passionné

En quoi excellez-vous?
Je dirais la création, sous toutes ses formes, en particulier le choix de titres.

Quelle est votre devise?
« Tu n’es qu’un sapin dans la forêt des hommes », que je dois à mon frère, ce grand poète incompris. Plus récemment, je répète « Vis ta vie de licorne », ce qui signifie « Vivre l’instant présent », plus académiquement parlant « Carpe Diem ».

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit?
Je n’ai toujours pas de table de nuit, trois mois après avoir déménagé. Mais par terre, à côté de mon matelas, il y a le livre de Gaël Faye, Petit pays, que je veux lire depuis plus d’un an, mais que je n’ai pas encore parcouru.

Quel est votre plus ancien souvenir de lecture (le premier livre que vous vous rappelez avoir lu)?
C’est une BD. Mon plus grand frère m’avait mis une BD sur la conquête spatiale entre les mains. Je devais avoir 4 ou 5 ans, j’habitais le Niger et je me souviens avoir été fasciné. Je ne comprenais que les images, mais j’avais hâte d’apprendre à lire pour la dévorer. Ça m’a donné la piqûre pour la conquête spatiale, l’espace et la science en général, un intérêt qui me passionne encore aujourd’hui. Pour mon plus grand regret, je ne me souviens pas du titre de cette BD.

Quelle lecture vous a fait changer d’opinion, a changé votre regard sur un sujet?
Blue Book, d’Elise Fontenaille-N’Diaye, qui m’a appris l’existence d’un génocide oublié, le premier du siècle, en Namibie, par les colonisateurs allemands. J’étais surpris de n’en avoir jamais entendu parler avant. Sinon, il y a La grande guerre pour la civilisation, de Robert Fisk, où il explique justement qu’il n’y a ni bons ni gentils, juste des pourris dans cette région.

Quel livre a changé votre vie?
Les identités meurtrières, d’Amin Maalouf. Je l’ai lu en fin d’adolescence et je l’ai relu un nombre incalculable de fois depuis. C’est un livre qui m’a bouleversé parce qu’il m’a réconcilié avec mon identité, ou plutôt mes identités.

Votre lecture réconfort?
Le Coran

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle vous a le plus fait rire/pleurer?
Le plus rire : Asterix et Cléopatre et la série H (disponible sur Netflix 20 ans après sa sortie). Pleurer : l’extraordinaire film La guerre froide, de Pawel Pawlikowski, qui raconte l’histoire d’un amour impossible entre deux Polonais au temps de la guerre froide. Un scénario, des images et une musique époustouflants. Mais plus jeune, c'était Midnight Express, d’Alan Parker, inspiré de l’histoire vraie d’un jeune américain condamné à 30 d’emprisonnement après avoir voulu faire passer 2 kilos de haschisch à la frontière. Ça m’a donné envie d’avoir une vie bien rangée.

Quel chef-d’œuvre est surestimé?
2001 : l'odyssée de l’espace

Quel est votre plus récent engouement artistique (livre, film, théâtre, album…)?
Récemment, il y a Frank Ocean, Mac Miller, Feu! Chatterton et Burna Boy. Surtout, j’aime la musique d’Emma Péters, une Française qui fait des reprises de textes de chansons francophones pop ou rap. Ce qui m’impressionne, c’est sa façon de se réapproprier les textes à sa manière, notamment sa chanson Clandestina ou Gisèle.

Quel livre offrez-vous en cadeau?
Ô nuit, ô mes yeux, de Lamia Ziadé

Quel texte pouvez-vous réciter par cœur?
Beaucoup. Des textes de rap surtout, dont Nés sous la même étoile, d’IAM.

Que faites-vous s’il ne vous reste que 24 h à vivre?
Je les passe avec les gens que j’aime, si possible dans ma maison d’enfance au Niger. C’est quétaine, mais c’est vrai.

La plus grande leçon que la vie vous a apprise?
Tout vient à point à qui sait attendre. Il ne sert à rien de courir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi