•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Les entailles : Marie-Élaine Guay et la fin des cycles de la violence

Elle porte ses mains à ses oreilles.

L'autrice Marie-Élaine Guay

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Enfant, Marie-Élaine Guay croyait ses parents inébranlables. En grandissant, elle s'est rendu compte de cette grande vulnérabilité qui les habite. C'est d'ailleurs dans l'écriture des Entailles qu'elle a appris à mieux les connaître. L'autrice, que nous avons reçue pour Castagnettes, vient présenter un nouveau roman autobiographique, qui explore ses failles, la fragilité de la parentalité et l'imperfection des instituts de santé qui sont censés nous aider à guérir.

Quand on n’est pas bien, on est incapable d’aimer correctement.

Marie-Élaine Guay

À lire : Les entailles, Marie-Élaine Guay, Poètes de brousse, collection Prose, 25 août 2020

Résumé de l'éditeur : Dans ce premier récit, suivant la publication de Castagnettes (Del Busso, 2018), Marie Élaine Guay arpente les dangereuses faiblesses des systèmes qui avalent et recrachent les individus touchés par les troubles de santé mentale et les maladies dégénératives. Elle expose également son rapport à la filiation, au vieillissement et à la mort dans un ouvrage en prose formé de secousses et de souvenirs criants.

La photo d'une chaise solaire en noir et blanc.

Le roman « Les entailles », de Marie-Élaine Guay

Photo : Poètes de brousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi