•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cette crise peut devenir une opportunité », estime Frédéric Lenoir

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

« Cette crise peut devenir une opportunité », estime Frédéric Lenoir

Il sourit au micro.

Le philosophe français Frédéric Lenoir

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Au lieu de passer quatre heures par jour à regarder les nouvelles anxiogènes de la télévision, lisez de la poésie, promenez-vous dans la nature, faites des choses qui vous amènent des émotions positives. » Frédéric Lenoir est sans équivoque : il faut selon lui prendre cette crise par les cornes et tenter d'y voir une occasion pour changer notre regard sur nos vies, de nous nourrir intérieurement, de nous enrichir l'âme, individuellement et collectivement.

Las d’écouter les nouvelles qui font état des hécatombes quotidiennes, le sociologue et écrivain Frédéric Lenoir conseille plutôt de se motiver à faire des choses positives. Cette obsession de vouloir contrôler l'incontrôlable ou d'essayer de tout savoir est futile, selon lui : « Plutôt que de nourrir l’anxiété en voulant nous rassurer d’une manière artificielle, il est mieux de lâcher prise […] d’accepter la déstabilisation et de vivre au jour le jour. »

L’anxiété permanente est nocive sur notre santé, croit l’intellectuel : « Pour avoir une bonne défense immunitaire, notre système émotionnel est décisif. On ne pourra pas sécréter de la dopamine, de la sérotonine ou de l’ocytocine dans un climat d’anxiété et de peur. »

Le monde est totalement magique. La vie est un miracle permanent.

Frédéric Lenoir

Dans son dernier roman, La consolation de l’ange, l'auteur aborde également ces questions sur le bonheur et le sens de la vie. « Le monde est beau seulement si on veut le trouver beau. Il faut changer notre regard […] nous donner cette capacité d’émerveillement que l’on a peut-être perdue », dit-il.

Frédéric Lenoir propose deux ouvrages à lire durant le confinement : 

  • Les contemplations, de Victor Hugo
  • Une vie bouleversée, d'Etty Hillesum

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi