•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Regard double sur le roman Le pays des autres, de Leïla Slimani

L'écrivaine franco-marocaine Leila Slimani pose pour une photo

L'écrivaine franco-marocaine Leila Slimani

Photo : AFP / Lionel Bonaventure

Lauréate du Goncourt en 2016 pour Chanson douce, Leïla Slimani est certainement l'une des autrices françaises les plus lues en ce moment. Son plus récent roman, Le pays des autres, vient de paraître. Anne-Marie Cadieux et Olivia de Lamberterie l'ont lu et se disent ravies de leur incursion dans la vie d'une Franco-Marocaine qui ne se sent nulle part chez elle.

Résumé de l'éditeur :

« En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, le couple s'installe au Maroc, à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu'Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. »

Il s'agit du premier volet d'une trilogie familiale qui se déroule au Maroc.

« C'est vraiment un livre sur le métissage », note Olivia de Lamberterie, journaliste française et collaboratrice à notre émission.

Elle explique que cette histoire est inspirée de celle de la famille Slimani. En général, selon notre collaboratrice, le métissage est toujours vu comme un avantage, mais pour Leïla Slimani, c'est perçu comme un irritant : pas assez Française aux yeux de certains, pas Marocaine non plus.

Par ailleurs, Olivia et Anne-Marie notent que ce livre est d'une violence continue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi