•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Trois réveils&nbsp;:</em> l’abandon de la quête de perfection de Catherine Perrin

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Trois réveils : l’abandon de la quête de perfection de Catherine Perrin

Gros plan sur l'animatrice qui sourit lors d'un lancement de programmation de la radio.

L'animatrice Catherine Perrin

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

En parallèle avec sa carrière d'animatrice radio, Catherine Perrin est à la fois une claveciniste professionnelle et une écrivaine. S'étant initiée à l'écriture en 2014 en faisant paraître un premier roman, Une femme discrète, inspirée de sa mère, elle lance aujourd'hui Trois réveils, une histoire basée cette fois-ci sur son père et son amour profond pour la musique. Au micro de Marie-Louise Arsenault, elle se confie sur sa relation pas toujours simple avec lui jusqu'aux derniers moments de sa vie.

« J’ai été le pusher de quatuor à cordes de Beethoven de mon père dans la dernière année de sa vie. Comme Antoine [le personnage principal] fait pour son père. C’est quelque chose que j’ai vécu, de lui apporter morceau par morceau et de me dire : "Mon Dieu, quand le cycle sera terminé, qu’est-ce qui va arriver?’’. Je savais qu’il faisait ça comme un voyage initiatique. J’ai une immense reconnaissance pour la manière dont mon père a vécu la fin de sa vie. »

À lire : Trois réveils (Nouvelle fenêtre), publié le 26 février 2020 aux Éditions XYZ
Extrait du livre : Parfois, dans le métro, quelqu’un s’arrête plus longtemps pendant qu’il joue. Antoine sent alors que cette personne vit quelque chose de nouveau. Le temps d’une pièce, cet auditeur devient unique, même si d’autres passent autour. La musique change de niveau : plus rien de machinal, un désir presque animal de faire du bien. La plupart du temps, l’échange qui suit est pourtant assez banal… Mais il y a des exceptions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi