•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-Christophe Réhel : lettre poétique à Laurent Duvernay-Tardif

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Jean-Christophe Réhel : lettre poétique à Laurent Duvernay-Tardif

Il porte du noir et s'exprime au micro.

Le poète Jean-Christophe Réhel

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Dans son texte poétique, Jean-Christophe Réhel s'imagine un univers où lui et le champion de football américain Laurent Duvernay-Tardif regardent ensemble Le diable s'habille en Prada. Qui sait? La force de ses mots arrivera peut-être à convaincre le colosse au cœur tendre.

Extrait de sa lettre :

Donnez-moi le numéro de téléphone de Laurent Duvernay-Tardif
Il pourra peut-être me donner des conseils
Quand j’angoisse mes mains sont loin
Si j’avais le numéro de téléphone de Laurent
Je l’inviterais chez nous
On pourrait écouter Le diable s’habille en Prada dans mon salon
Ça calmerait mes angoisses c’est sûr
Je me rappelle juste des passes ratées
Je suis comme ça
Je suis fait comme ça
Jamais satisfait de rien
Je calcule mes fautes
Comme on compte son change à la caisse
Je compte mon change avec mes jumelles
Tout est chill
Le blocage croisé
La ligne défensive
Les jours où je me sens seul
Il y a bien le livreur de pharmacie
Je prends mes jumelles pour compter son pourboire
Je prends mon temps
Un castor à la fois
Ça fait beaucoup de castors à flatter
Ça fait beaucoup de barrage à détruire
Les interceptions
Les hors-jeu
Toutes les feintes du cœur
Ça
Pis ça
Pis ça
Pis ça
Je cherche l’étincelle
Mais je la trouve pas
C’est comme ça
Donnez-moi le numéro de téléphone de Laurent Duvernay-Tardif
Je lui emprunterais sa bague du Super Bowl
Peut-être qu’elle me protégerait
Des malchances, de toutes mes peurs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi