•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

La mort de Roi, de Gabrielle Lisa Collard : une tueuse en série qui rôde

Audio fil du mardi 22 octobre 2019
Elle sourit au micro.

L'autrice, traductrice et chroniqueuse Gabrielle Lisa Collard

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Gabrielle Lisa Collard s'est nourrie de la tristesse engendrée par la mort réelle de son chien Salem, un berger allemand de 14 ans, pour écrire La mort de Roi. Dans ce premier roman, l'autrice projette son deuil dans un récit noir où le personnage principal, une jeune femme complexe, se découvre une passion pour les crimes et les meurtres sordides quand son chien, Roi, décède.

Que tu sois laid, maquillé ou pas, que tu aies une bonne journée ou une mauvaise journée, même si tu t’enfarges dans tes mots, même si tu dis des conneries, pour ton chien, tu demeures son soleil.

Gabrielle Lisa Collard

À lire : La mort de Roi (Nouvelle fenêtre), Gabrielle Lisa Collard, Cheval d’août, 16 octobre 2019

Résumé de l'éditeur : Max sait que quelque chose cloche chez elle. Petite, elle errait dans les rues de son quartier, à la tombée du jour, épiant par les fenêtres la vie secrète de ceux qu’elle rêvait de connaître. Et d’ouvrir. Juste pour regarder dedans.

Puis Max a appris à cacher sa colère. Un mardi de septembre, tout bascule. Le Roi des chiens, son grand berger allemand au pelage de feu, s’éteint, emportant avec lui la paix du monde.

Dans sa Jeep, entre les montagnes de l’Estrie et les interminables bouchons de l’autoroute Décarie, Max tente de contrôler le monstre que la fin de Roi a déchaîné. Après que les restes de sa première victime ont nourri les animaux tout l’hiver, elle traîne ses mensonges à travers la ville, traçant de la pointe du couteau la frontière invisible entre la vie et la mort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi