•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Gérard Bouchard : « Une société ne peut pas vivre sans rêves collectifs »

Audio fil du mardi 8 octobre 2019
Le sociologue Gérard Bouchard en studio

Le sociologue Gérard Bouchard

Photo : Radio-Canada / Marie-Sandrine Auger

« Une société qui ne rêve pas ne sait pas quoi transmettre à ses enfants. Elle ne sait pas nourrir leur identité et leur motivation, et ne leur donne pas le gout de s'engager dans la vie », déplore avec sincérité Gérard Bouchard. Le sociologue de réputation mondiale publie Les nations savent-elles encore rêver?, un essai qui se penche sur les dérives de nos sociétés et qui réfléchit à la transformation de ses mythes fondateurs.

Le Québec rêvait [dans les années 60], mais le Québec d'aujourd'hui ne rêve plus. Les politiciens ne nous proposent pas grand-chose.

Gérard Bouchard

À lire : Les nations savent-elles encore rêver? (Nouvelle fenêtre), Gérard Bouchard, Boréal, 8 octobre 2019

Résumé de l'éditeur : Depuis deux siècles, la nation a été, en Occident tout au moins, le lieu principal de mouvements sociaux, de conflits, de ruptures et de débats d’où ont émergé les visions du monde, les idéaux et les idéologies qui ont façonné en profondeur les imaginaires et cimenté les peuples.

C’était l’époque où, pour le meilleur et pour le pire, les nations savaient rêver. Mais si désormais les nations et les mythes qu’elles ont perpétués voient leur emprise sur la vie des citoyens se relâcher ou même s’effacer, par quoi seront-ils remplacés comme producteurs de sens? Qui seront les acteurs ou les instances appelés à prendre en charge cette fonction primordiale?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi