Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 10 mai 2019

Le questionnaire des combattants : les réponses de Marie-Maude Denis

Publié le

La journaliste d'enquête sourit à l'animatrice.
Marie-Maude Denis a tout donné pour défendre le roman de Blaise Ndala.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Aujourd'hui, la liste de l'invité devient... le questionnaire des combattants! À tour de rôle durant ce cabaret spécial pour la finale du Combat national des livres 2019, nos cinq représentants du Canada répondent aux questions de Marie-Louise Arsenault. Commençons par Marie-Maude Denis, représentante de l'Ontario.

Pourquoi lisez-vous?
Pour voyager. Dans des mondes qui me seraient autrement inaccessibles, comme aller dans le passé par exemple. Pour entrer dans l’imagination de l’auteur ou l'autrice, car c’est un contact tellement intime et privilégié avec une autre personne. Parce qu’on n’est jamais seul avec sa solitude quand on lit un bon livre.

Quel est le livre qui vous a donné le goût de la littérature?
Juliette Pomerleau, d’Yves Beauchemin, paru en 1990. Parce que c’est le premier roman de grande personne que j’ai lu... du haut de mes 10 ans! La magie a opéré : j’ai pris conscience du bonheur extraordinaire de se plonger dans une histoire toute simple de près de 700 pages, où on a tellement de peine à la fin que ce soit terminé! L’immersion dans ce livre a été si totale que je n’ai jamais voulu voir la série télévisée pour ne pas polluer mon propre film intérieur.

S’il vous restait 24 heures à vivre et que vous ne pouviez que lire pendant ce laps de temps, quel ouvrage canadien liriez-vous?
Assurément du Kim Thúy pour être doucement bercée jusqu’à la mort!

Quel est le lieu littéraire par excellence de la région que vous représentez?
C’était la Librairie de la Capitale au Centre commercial Saint-Laurent à Ottawa, une toute petite librairie qui a existé pendant mon enfance, dans les années 1980, jusqu’au début des années 1990. Je me souviens du néon noir et blanc qui envoyait un puissant message à mon cerveau de jeune fille : si tu es patiente pendant le magasinage de ta mère... tu vas avoir un beau livre tout neuf! Pour moi, une librairie rime avec récompense.

Quel est votre mot préféré de la langue française?
Aimer

Où lisez-vous?
Dans le métro et dans le bain.

Chargement en cours