Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 26 avril 2019

Les 1001 rôles de Manuel Tadros

Publié le

Le comédien à la chevelure argentée y va d'un sourire bien senti.
Le comédien et chanteur Manuel Tadros avoue qu'il aimerait bien manger en compagnie de Serge Lama.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

L'acteur et auteur-compositeur-interprète Manuel Tadros a passé tout le mois de mars 2019 sur la scène du Cabaret du Casino de Montréal avec son spectacle Salut à Bécaud et Aznavour, en compagnie de son ami Philippe Berghella. Celui qui, au cinéma, a doublé de multiples acteurs, dont Danny DeVito, nous présente sa « liste de l'invité ».

Durant les années 1970 et 1980, Manuel Tadros a écrit 300 ou 400 chansons pour une foule d’artistes, dont Patrick Norman, Ginette Reno, Roch Voisine et même pour le Cirque du Soleil. D'ailleurs, c'est lui qui a écrit la célèbre chanson C’est zéro, interprétée par Julie Masse.

L’acteur et auteur-compositeur-interprète est aussi le père d’un cinéaste célèbre, Xavier Dolan.

Je suis heureux pour lui. C’est une carrière fulgurante qu’il a. Ça n’arrête pas et c’est merveilleux.

Manuel Tadros, comédien

Quel mot vous décrit?
Intensité

Quelle est votre devise?
Être dans l’action, plutôt qu'être dans l’attente.

En quoi excellez-vous?
Dans mon métier de doubleur, je me démarque en première lecture.

Quel est votre mot préféré?
J’aime beaucoup les mots qui ont une certaine percussion : catacombes, cathédrale, cacatoès... et j'aime bien le mot québécois « gosser », je trouve ce mot exceptionnellement privé pour nous, il n'y a personne qui peut utiliser le mot « gosser » comme nous, au Québec.

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit?
Mon chargeur; un vieux radio-réveil que j’ai depuis au moins 40 ans; les livres Le lecteur de cadavres, d’Antonio Garrido, et Sapiens : une brève histoire de l'humanité, de Yuval Noah Harari; une petite canette de Pepsi ou un jus de mangue, en cas d’hypoglycémie.

Quelle lecture a fait votre éducation sentimentale ou amoureuse?
C’est drôle, je ne me souviens absolument pas avoir lu un livre romantique ou du genre. J’ai vécu mes sentiments de tristesse ou d’amour par les textes de chansons surtout, et mon éducation amoureuse, sur le terrain.

Quelle lecture obligatoire a été une torture?
Karl Marx, Manifeste du parti communiste, au cégep. J’ai quitté le cours de philo à cause de ça.

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle vous a le plus troublé?
Le film Capharnaüm, de Nadine Labaki. Le lecteur de cadavres aussi, comme livre. Il y a un rapport troublant sur la misère des gens entre ce livre et le film Capharnaüm. Coriolan, au théâtre.

Quelle écrivaine ou quel écrivain inviteriez-vous à souper?
Douglas Kennedy, car j’aime sa vision claire des réactions humaines, ou Serge Lama, pour sa capacité de mêler des phrases métaphoriques à des phrases concrètes avec une aisance absolue et pour son grand rire gras.

Quel « chef-d’œuvre » est surestimé?
Balloon Dog, de Jeff Koons. Je suis passé là-dessus l’autre jour en fouillant sur Internet et, mon Dieu, cette œuvre vaut 54 millions!

Chargement en cours