Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 20 mars 2019

L'essai L'animal langage, de Charles Taylor : les émotions dans les mots

Publié le

Il sourit au micro.
Le professeur de philosophie Charles Taylor   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Il n'y a que les jeunes qui peuvent nous sauver, sauver la planète. On devrait ériger une statue en l'honneur de la jeune Suédoise Greta Thunberg. » Le professeur de philosophie et grand intellectuel canadien Charles Taylor encense l'engouement de la nouvelle génération pour la cause écologique. Durant son passage à notre studio, on aborde avec lui les thèmes de l'intégration, du multiculturalisme, mais aussi de la compétence linguistique humaine, un thème central dans son dernier essai, L'animal langage.

L’animal langage : la compétence linguistique humaine, Boréal, 19 mars 2019, traduit de l’anglais par Nicolas Calvé

Résumé de l’éditeur : Au cours de sa longue histoire, la philosophie occidentale s’est divisée en deux camps à propos de la nature du langage. Pour les rationalistes et les empiristes – Hobbes, Locke et Condillac –, le langage est un mode de traitement de l’information qui permet aux humains de s’orienter dans le monde.

Ces théories permettent certes d’expliquer comment nous arrivons à emmagasiner un nombre impressionnant de connaissances, mais leur intellectualisme repousse à la marge le potentiel d’inventivité du langage.

À l’inverse, les théories « constitutives » du langage insistent sur les représentations artistiques, les gestes, les intonations de la voix, les métaphores, bref, toutes les manifestations de l’être humain qui débordent le cadre restreint du traitement de l’information. Aussi le langage est-il constitutif du fait qu’il s’acquiert et se développe en commun.

Une discussion aura lieu sur le sujet le mercredi 20 mars à 17 h 30 à la librairie Gallimard, à Montréal (3700, boulevard Saint-Laurent).

Chargement en cours