Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 19 mars 2019

Des hommes couleur de ciel, d'Anaïs Llobet : l'homophobie rampante en Russie

Publié le

Un participant au défilé de la fierté gaie de Vancouver brandit une pancarte affichant une caricature du président russe, le 4 août 2013.
Un participant au défilé de la fierté gaie de Vancouver brandit une pancarte affichant une caricature du président russe, Vladimir Putin, pour protester contre les lois homophobes en Russie.   Photo : Radio-Canada/Samuel Danzon-Chambaud

« Dans les familles tchétchènes, l'homosexualité est si tabou qu'elle est passible de mort. Ce sont les familles qui appliquent cette sentence de mort et non le gouvernement. » La journaliste Anaïs Llobet, ancienne correspondante à Moscou pour l'Agence France-Presse, aborde la question de l'homophobie en territoire tchétchène dans son deuxième roman, Des hommes couleur de ciel.

Des hommes couleur de ciel, Anaïs Llobet, Éditions de l’Observatoire, 12 février 2019
Résumé de l'éditeur : Dans le pays où est né Oumar, il n’existe pas de mot pour dire ce qu’il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ». Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et embrasse des garçons dans l’obscurité des clubs.

Mais il ne vit sa liberté que prudemment et dissimule sa nouvelle vie à son jeune frère Kirem, à la colère muette. Par une journée de juin, Oumar est soudain mêlé à l’impensable, au pire, qui advient dans son ancien lycée. La police est formelle : le terrible attentat a été commis par un lycéen tchétchène. Des hommes couleur de ciel est l’histoire de deux frères en exil qui ont voulu reconstruire leur vie en Europe.

C’est l’histoire de leurs failles et de leurs cicatrices. Une histoire d’intégration et de désintégration.

Chargement en cours