Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 22 février 2019

Stéphane Garneau, celui qui aime la technologie avec réserve

Publié le

L'animateur et auteur, tout de noir vêtu, sourit à l'animatrice.
Malgré qu'il vient de publier un livre qui indique comment survivre au 21e siècle, Stéphane Garneau est un homme de son temps.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

L'animateur radio, chroniqueur culture numérique à Samedi et rien d'autre et auteur vient de publier son troisième livre, Survivre au 21e siècle : rester humain à l'ère du numérique (Les Éditions de l'Homme).

Après 25 ans de chroniques technologiques, Stéphane Garneau propose des solutions pour rester humain malgré tous les appareils et applications numériques qui nous entourent.

Désactivez toutes les alertes […] de votre téléphone intelligent. Mettez-le en mode "Ne pas déranger". Une fois que vous avez fait ça, achetez le livre!

Stéphane Garneau

Résumé :
Nous vivons à l'ère des technologies de distraction massive. Omniprésentes, celles-ci font écran à la vraie vie, concrète et signifiante. Résultat : nous avons perdu toutes sortes de repères et ne savons plus de quelle manière appréhender le quotidien. Comment survivre aujourd'hui à la peine d'amour? Aux temps libres? À la procrastination? Aux selfies? À la consommation pathologique? À la solitude? Au bonheur (surtout celui des autres)? Au déclin des contacts physiques entre les êtres humains? Au multitâche? Au flot continu de nouvelles? À la dépendance au téléphone intelligent? Ce livre tente de mettre un peu d'ordre dans ce nouveau millénaire et nous invite à revoir nos habitudes afin que nous demeurions maîtres de notre avenir numérique… et de notre avenir tout court.

Quelle est votre devise?

No Guru, No Method, No Teacher. C’est le titre d’un album de Van Morrison paru en 1986. J’aime l’esprit de ce titre.

En quoi excellez-vous?
Mon tartare de saumon est pas pire.

Quelles lectures obligatoires ont été une torture?
Eugénie Grandet, d’Honoré de Balzac, et la lecture de la plupart des classiques, jusqu’à ce qu’un professeur de français nous fasse lire des textes plus contemporains à l’époque. C’est ce qui m’a donné le goût de la lecture.

Quel écrivaine ou écrivain inviteriez-vous à souper?
Paul Auster et Patrick Modiano. On pourrait manger ensemble tous les trois, sans se sentir obligés de se parler ou de se regarder dans les yeux.

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle vous a le plus troublé?
Récemment, des films, car 2018 est un grand millésime en cinéma : Shoplifters, d’Hirokazu Koreeda (Palme d’or à Cannes), et plus récemment Capharnaüm, de Nadine Labaki. De tous les films de 2018 qui sont apparus dans la conversation et dans les listes de fin d’année, ce sont ceux qui ne me quittent pas.

Quel est le livre que vous avez honte d'avoir lu?
Une bluette de Marc Lévy, je ne me souviens plus du titre…

Quel est votre plus récent engouement artistique?
J’ai vu quelques pièces de théâtre de la communauté anglophone de Montréal au cours des derniers mois, au Centaur et au Centre Segal. La qualité des interprètes et le choix des pièces ont été une révélation pour moi.

Quelle chanson vous représente?
Probablement toute l’œuvre de Frank Turner (Don’t Worry, Be More Kind, 21st Century Survival Blues…), qui pose un regard très humain sur le monde d’aujourd’hui. Issu de la mouvance punk anglaise, il a évolué vers la musique folk au cours de la dernière décennie.

Avez-vous le souvenir d’un spectacle exceptionnel, d'une performance inoubliable?
Nilda Fernandez ou Geoffrey Oryema au Spectrum de Montréal dans les années 90.

Quelle expression vous exaspère?
L’expression quotidienne d’opinions par les gens qui sont payés (ou pas) pour la donner... (Je suis conscient que je ne réponds pas vraiment à la question.)

Quel texte pouvez-vous réciter par cœur?
Les conquérants (1893), de José-Maria de Heredia

Quelle est la plus belle chose qu’on vous a dite?
Je ne sais pas si c’est la plus belle, mais ça m’a touché : « C’est toi, le Cœur des sciences, man… » - Matthieu Dugal

À qui voudriez-vous adresser un mot d’excuse?
Personne. Si j’avais besoin de m’excuser, ce serait déjà fait!

La plus grande leçon que la vie vous a apprise?
Ce n’est pas parce que ça va mal que ça ne peut pas aller plus mal.

Chargement en cours