Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 15 février 2019

Le plaisir du jeu, avec la comédienne Josée Deschênes

Publié le

La blonde comédienne sourit à l'animatrice.
La comédienne Josée Deschênes parle de sa relation particulière avec À la recherche du temps perdu de Proust.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Josée Deschênes est l'une des actrices de théâtre et de cinéma les plus accomplies au Québec. Elle est d'ailleurs dans le dernier film de Denis Côté, qui prend l'affiche aujourd'hui, Répertoire des villes disparues. Elle est pourtant encore souvent associée à son rôle de Lison « Creton » Paré de l'émission culte La petite vie. « On ne peut pas s'en débarrasser, en même temps, c'est une carte de visite extraordinaire, ça a changé ma vie et le cours de ma carrière. »

« Après, tu veux montrer que tu peux faire aussi autre chose que de la comédie », ajoute-t-elle.

Josée Deschênes vient de terminer les représentations au Théâtre du Trident, à Québec, de la pièce Bonne retraite, Jocelyne, présentée en juin en supplémentaires à la Licorne de Montréal.

« La liste de l'invitée »

Quel mot vous décrit?
Fiabilité

Quelle est votre devise?
« Ça va être faitte! »

En quoi excellez-vous?
En relations humaines, je suis une bonne oreille.

Quel est votre mot préféré?
Désir

Et celui que vous aimeriez bannir?
Crotte : crotte sur le cœur, crotte de nez, crotte de crotte, crotte de chien, de pigeon, ça sent la
crotte, gelée comme une crotte, c’est toujours laid!

Qu’y a-t-il sur votre table de nuit?
Pile de livres, verre d’eau, cell, lunettes, crème, chandelle que je n’allume jamais...

Quelle lecture a fait votre éducation sentimentale ou amoureuse?
Encyclopédie du livre d’or pour garçons et filles (la reproduction), une encyclopédie en plusieurs volumes des années 1960

Quelle lecture obligatoire a été une torture?
Les anthropoïdes, de Gérard Bessette

Quelle écrivaine ou quel écrivain inviteriez-vous à souper?
Boris Vian : je suis fascinée par l’immense palette de cet homme qui a tout fait en si peu de temps. Il est également l'auteur de peintures, de dessins et de croquis.

Quel livre, film, pièce de théâtre ou spectacle, vous a le plus troublée?
Os, une pièce de théâtre de Steve Gagnon

Quel personnage de fiction aimeriez-vous rencontrer?
Le personnage de Mildred Hayes joué par Frances Mcdormand dans Three Billboards

Quel est le livre que vous avez honte d'avoir lu?
Trop, de Mary Higgins Clark (lu en vacances au bord de la mer)

Quel chef-d’œuvre est surestimé?
À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust

Quel est votre plus récent engouement artistique?
Complètement subjuguée par le talent de Théodore Pellerin dans Chien de garde

Quel est le film qui vous a fait pleurer?
L’huile de Lorenzo, mais je pleure souvent!

Quelle expression vous exaspère?
Les gens qui s’adressent à un groupe en employant le « tu »

Quel texte pouvez-vous réciter par cœur?
Une réplique des Bâtisseurs d’empire, de Boris Vian, que j’ai jouée l’an dernier.

« Ma fille est très primesautière, mais moi je suis moderne et je pense que les jeunes gens d’aujourd’hui doivent avoir leur
franc-parler. Autant je suis partisan ou partisane ou partiseuse, c’est ça, autant je suis partiseuse d’être assez sévère avec les très jeunes enfants pour leur enseigner que tout n’est pas miel dans la vie, autant j’estime qu’il faut, une fois le cap du bas âge franchi, laisser voguer grand large et au plus près ces blancs esquifs sur les eaux tièdes de l’existence. »

Quelle est la pire chose qu’on vous a dite?
Sur un bateau d’excursion dans le Sud : « Aie Creton! Tu te ressembles pas avec un snorkel dans’ face! »

À qui voudriez-vous adresser un mot d’excuse?
À cette même femme à qui j’ai répondu : « Si vous continuez madame, vous non plus vous vous ressemblerez pas! »

La plus grande leçon que la vie vous a apprise?
J’hésite entre « ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier » et « ce que les autres ont ne m’enlèvent
rien ».

Chargement en cours