Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 14 février 2019

Aymeric Caron, l’écrivain en colère en raison de notre comportement envers les animaux

Publié le

Aymeric Caron
Le journaliste et chroniqueur Aymeric Caron   Photo : Alexandre Isard

Dans Vivant : de la bactérie à Homo ethicus, le journaliste et écrivain français Aymeric Caron est très dur envers les êtres humains, au sujet leur comportement envers les animaux : « On peut continuer à être poli, mais je pense qu'il est important d'exprimer de la colère. »

L’écrivain raconte dans son nouveau livre l’histoire du vivant depuis l’apparition des premières bactéries, mais aussi de sa dimension philosophique.

Aymeric Caron comprend que l’être humain a dû chasser pour survivre, mais il estime qu’au 21e siècle, « nous n’avons plus besoin pour survivre, de nous nourrir d’autres animaux », et que d’autres solutions existent pour les besoins humains.

Ce monde, on est en train de le détruire complètement. Non seulement nous avons à l’égard des individus non humains un comportement qui génère de la souffrance quotidienne pour des milliards d’entre eux, mais en plus, sur le plan de la globalité, on détruit complètement toute la diversité, toutes les espèces.

Aymeric Caron

Vivant : de la bactérie à Homo ethicus, Flammarion, 2018.
Tandis qu’Homo sapiens a entrepris de détruire tout ce qui vit sur cette planète, la défense du vivant s’impose en ce début de XXIe siècle comme la priorité politique et philosophique absolue. Mais pour respecter le vivant, il faut d’abord le comprendre.

Chargement en cours