Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 17 janvier 2019

La pièce Électre, de Serge Denoncourt : la juste colère des femmes

Publié le

Elle regarde avec intensité la caméra.
Magalie Lépine-Blondeau incarne Électre à l'Espace Go   Photo : Espace go

« Je suis un homme en colère et je suis heureux de l'être encore avec l'âge. Le temps n'a pas eu l'effet d'estomper [ma colère]. Ça me garde en vie de vouloir m'insurger. » Le célèbre metteur en scène Serge Denoncourt exploite la colère qui gronde en lui comme un moteur de création dans Électre. Cette pièce de théâtre présentée à Espace Go se joue de ce sentiment qui est selon lui trop souvent réfréné par les femmes sur scène à cause des normes sociétales.

Ceux qui méprisent ma colère, je les méprise à mon tour. Ceux qui réclament ma pudeur apprendront que je ne m’arrêterai pas.

Électre, personnage de Sophocle

Électre, à Espace Go
Texte : Sophocle
Texte français : Evelyne de la Chenelière
Mise en scène : Serge Denoncourt
Du 22 janvier au 17 février 2019

Synopsis d'Électre : Depuis le meurtre de son père, Électre nourrit une impitoyable haine envers les assassins : sa mère et l’amant de celle-ci. Inconsolable, Électre se soulève, libère sa colère, prépare sa vengeance. Œil pour œil, dent pour dent, la loi du talion dans le déchaînement d’actes sanglants. La vengeance d’Électre est-elle courage ou folie?

Au cœur de cette histoire écrite vers 414 av. J.-C. se trouve une contradiction tragique que Sophocle soumettait à la réflexion de ses contemporains : tuer la mère pour venger le père, alors que ce choix ne paraît humainement acceptable. Pourtant, seul l’acte de vengeance semble pouvoir libérer Électre de ses tourments.

Chargement en cours