Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du jeudi 20 décembre 2018

L'éducation de Fanny Britt : « Ce que j'ai appris de mes superstitions »

Publié le

Elle sourit au micro.
L'autrice et dramaturge Fanny Britt   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Je veux sortir du placard superstitieux. Il y fait noir, c'est poussiéreux, on s'y sent bien seule. » La formidable Fanny Britt retrace, à travers un monologue intimiste et sensible, son rapport à la superstition et à l'anxiété. Elle tente de comprendre notre fascination collective à tenter d'expliquer l'inexplicable, à supporter l'incertain et à chercher le courage où l'on peut.

Quelques extraits de son monologue :

« La foi, ce n’est pas la capacité de déplacer des montagnes par la prière. La foi serait la maturité de voir le monde tel qu’il est et décider de l’aimer, et d’y prendre part quand même. »

[…]

« S’il y a un miracle à mes yeux, c’est celui de l’expérience partagée. L’expérience d’un délire, peut-être. Comment rester calme devant la fatuité du monde? Mais ce délire contient aussi l’ardeur de dire des choses insupportables et sublimes, comme l’amour. »

[...]

« Si je peux formuler une résolution pour l’année à venir, ça serait de donner un break à mes tics, qui ne sont au fond qu’une forme sophistiquée de cet asile de l’ignorance où Spinoza plaçait le religieux, et de tenter à la place de prendre le courage comme porte-bonheur; la solidarité comme gri-gri; l’amour comme amulette. 2019, je te feel. »

//

Œuvres et personnes mentionnées :

Educated, de Tara Westover
Les théories au sujet de la religion du philosophe Spinoza
Ne faites pas honte à votre siècle, de Daria Colonna


Chargement en cours